Crash du MH17: un camarade d’armes exhorte un témoin-clé à collaborer avec la justice

Alors que la Russie ne cesse de nier toute implication dans la catastrophe du vol de la Malaysia Airlines abattu en 2014 dans l’est de l’Ukraine, Sergey Tiunov lance un appel à son « vieil ami », un colonel russe à la retraite, dont le nom est intimement lié à la thèse du missile tiré depuis une zone tenue par les rebelles.

tiunovappel

« Souviens-toi, je suis avocat. J’ai souvent dit qu’un jour la paix reviendra ». Dans une vidéo publiée par le journal russe d’opposition Novaya Gazeta, Sergey Tiunov, un Ukrainien, commandant des forces d’auto-défense de Zaporijia et vétéran de la guerre d’Afghanistan, lance un appel à son « vieil ami » Sergey Dubinsky. Il insiste à l'attention de ce dernier : "Je ne veux pas que tu sois la seule personne à (répondre) de la catastrophe du Boeing".

Message de Sergey Tiunov à Serguey Dubinsky © Novaïa gazeta © Russia Today

Des écoutes du SBU compromettantes

Le nom de Sergey Dubinsky, alias "Khmury" (le "renfrogné"), est intiment lié à la tragédie du vol MH17. Il s'agit d'un colonel russe à la retraite qui occupait un haut poste ("ministre-adjoint de la Défense" selon certaines sources) dans l’Est séparatiste en 2014. Dans une conversation téléphonique interceptée le jour du crash et fournie peu après à la presse par les services de sécurité ukrainiens (SBU), cet ancien officier du GRU, le service de renseignement militaire russe, s’informait de l’arrivée d’un système de missiles sol-air Bouk dans la région.

Des enquêtes fouillées des sites d'investigations Bellingcat et InformNapalm au début 2017, puis en avril du journal Novaya Gazeta, qui a retrouvé un ancien compagnon d'armes de "Khmury", Serguey Tiunov, ayant servi dans la même unité lors de la guerre d'Afghanistan, ont étayé l’implication de Sergey Dubinsky dans la catastrophe. Celui-ci serait l'organisateur du transport dans le Donbass depuis la Russie du système de missiles qui a disloqué en vol le Boeing reliant Amsterdam à Kuala Lumpur et tué ses 298 passagers et membres d'équipage.

Sergey Dubinsky (à gauche) dans une pose évoquant le "bon vieux temps", en compagnie de Sergey Tiunov. Photo des archives de Sergey Tiunov via Novayagazeta.ru. Sergey Dubinsky (à gauche) dans une pose évoquant le "bon vieux temps", en compagnie de Sergey Tiunov. Photo des archives de Sergey Tiunov via Novayagazeta.ru.

« C’est les bâtards de Moscou qui l’ont fait ! »

Sergey Tiunov, avocat et commandant de milice à Zaporijia (Ukraine), connaît bien Sergey Dubinsky. Ils étaient du même bord du temps de l'Union soviétique. Les deux s'étaient par la suite rencontrés dans un village de l’oblast de Donetsk, en 2010, où Sergey Dubinsky l'avait invité à des retrouvailles. En octobre 2014, en pleine guerre entre forces loyalistes et rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine, ils s'étaient revus encore, cette fois dans des camps opposés, à l'occasion d'échange de prisonniers.

A l'occasion de cet échange, le colonel russe s'était défendu, d'après le témoignage apporté par Sergey Tiunov à Novaya Gazeta, d'avoir une part de responsabilité dans l'abattement, trois mois plus tôt, du vol civil de la Malaysia Airlines. "Tu ne penses pas que c’est moi qui ai fait cela ? », se serait exclamé Sergey Dubinsky, ajoutant, sibyllin, d'après Sergey Tiunov : « C’est les bâtards de Moscou qui l’ont fait !».

Sergey Dubinsky en uniforme de colonel de l'armée russe. Source : Bellingcat Sergey Dubinsky en uniforme de colonel de l'armée russe. Source : Bellingcat

 "Un témoin-clé, pas un tueur"

Sergey Tiunov considère son ancien compagnon d'armes comme un témoin-clé dans la catastrophe du MH17 et "non comme un tueur". Sergey Dubinsky n'aurait que coordonné le transfert de l'arme qui plus tard aura servi à détruite - probablement par méprise -, l'avion civil. Il lui souhaite de rester en vie - aux dernières nouvelles Dubinsky réside près de Rostov-sur-le-Don, en Russie. Et de témoigner devant la justice internationale.

Pour rappel, le parquet néerlandais affirme dans ses premières conclusions dans l'enquête sur le crash de l'avion de la Malaysia Airlines le 17 juillet 2014 que le missile qui a abattu l'appareil dans l'est de l'Ukraine avait été acheminé de Russie avant d'être tiré. L'enquête a par ailleurs confirmé que le missile avait été tiré d'un champ alors situé sur le territoire alors contrôlé par les séparatistes pro-russes. Une centaine de personnes ont joué un rôle actif "dans l'armement du système Bouk, ou dans son transport, ainsi que des personnes qui ont facilités ou aidés" à son transport. De son côté, la Russie nie toute implication dans le drame. 

Source : GrandFacho.com

En savoir plus. Article : http://grandfacho.com/une-enquete-precise-limplication-dun-colonel-russe-dans-la-catastrophe-du-vol-mh17/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.