La France croit en ses énergies renouvelables

Le ministère de l’Écologie vient de publier le 30 août dernier un arrêté permettant de revoir à la hausse les seuils de puissance de l’énergie solaire qui devront être installés d’ici à 2020. Une bonne nouvelle pour le secteur mais plus généralement pour l’ensemble des énergies renouvelables que la France veut faire entrer dans une nouvelle dimension.

8 000 mégawatts. C’est désormais le nouveau seuil que doit atteindre la puissance solaire en France d’ici à fin 2020. A l’origine, le Grenelle de l’environnement avait fixé à 5 400 mégawatts le niveau attendu à cette date. Mais force est de constater que les efforts dans le domaine de l’énergie solaire ont été particulièrement efficaces puisque l’année dernière les parcs solaires français ont fourni 5 292 mégawatts, soit une puissance atteinte avec presque six ans d’avance.

Toutefois, l’énergie solaire reste encore marginale sur l’ensemble de la production énergétique française. RTE, qui gère le réseau public d’électricité, précise en effet que ce mode d’énergie ne représente pour le moment que 1,1 % de la production nationale d’électricité. Mais son avenir, comme celui des autres énergies renouvelables, s’annonce prometteur, le relèvement des seuils n’étant qu’une étape dans leur prise de pouvoir.

L’émergence attendue des énergies renouvelables

La France va accueillir à la fin de l’année la conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP 21). Parmi les dossiers qui y seront traités, ceux des énergies renouvelables et de la transition énergétique devront y prendre une place non négligeable. Notamment sous l’impact même de la France, qui vient enfin de voter une loi ambitieuse sur le sujet.

Après plus d’un an de travail parlementaire, la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte vient enfin d’être adoptée et mise en vigueur. C’est une formidable avancée dans le domaine des énergies renouvelables. En effet, le grand apport de ce texte de loi concerne les grands objectifs que se fixe la France sur le long terme en matière de transition énergétique. Ainsi les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 40% en 2030, par rapport  à 1990 et la consommation énergétique devra être réduite de moitié en 2050, avec un premier palier à 20% en 2030.

Au niveau des énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique, biomasses,) la France a également fait des choix forts. Tout d’abord en réduisant la part du nucléaire dans la production électrique de 75 % à 50 % à l’horizon 2025. C’est les énergies renouvelables qui devront prendre la suite en atteignant 32 % de la consommation d’énergie et 40 % de la production d’électricité en 2030.

C’est une grande avancée que vient d’effectuer la France, qui a décidé de privilégier ses énergies renouvelables. Le solaire ne devrait donc pas rester bien longtemps à la marge de la production électrique et pourrait même obliger, une nouvelle fois, le ministère de l’Écologie à relever ses seuils de puissance. C’est bien tout le mal qu’on lui souhaite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.