Nous sommes tous des Amishs!

Quand Emmanuel Macron, bon petit énarque bien dressé et petit garçon obéissant à ses maîtres, nous donne des leçons de vie et de développement forcé... Ça donne furieusement envie de devenir Amish...

Amishs Amishs

A l'instar du fameux " Ich bin ein Berliner" (Je suis un Berlinois) de Kennedy le 26 juin 1963 en visite à Berlin, j'ai aujourd'hui envie de monter en haut d'un sapin pour crier à la forêt et à ses habitants: aujourd'hui nous sommes tous des Amishs.

Alors que partout dans le monde, de l'Australie à la Sibérie, en passant par la Californie, la forêt brûle, la nature épuisée meurt sur pied de trop de sécheresse, de maltraitance, de produits phytosanitaires, d'antennes en tout genre, souillée de millions de tonnes de plastiques, alors que même certains agriculteurs fan de la FNSEA et de tracteurs toujours plus gros commencent à admettre qu'il y a peut être un problème avec notre modèle de développement et reconnaissent qu'il va peut être falloir un jour un peu se calmer... Notre Hyper Président à grosses testicules nous annonce fièrement qu'on est pas des putains de Amishs, qu'on ne retournera pas au temps de la lampe à huile, et qu'on va foncer tête baissée et quelque soit le prix à payer (pour faire comme les pays voisins qu'en ont déjà des plus grosses que nous!) dans l'implantation d'antennes 5G dernière génération partout sur le territoire. Le Progrès est en marche, la Révolution Numérique a son champion: Super Macron ! Et c'est pas quelques étrons écologistes, qui veulent retourner vivre dans des cavernes qui vont empêcher cette fuite en avant !

Bientôt, et grâce à lui, je pourrai télécharger l'intégrale des classiques de Marc Dorcel en quelques secondes, regarder pendant des heures toutes les nouvelles séries chez moi, dans le métro, dans le train, en voiture, au bureau (c'est à dire chez moi, télé travail oblige...). J'aurai une brosse à dent connectée qui m'engueulera si j'ai pas assez frotté, des chaussures connectées qui refuseront de s'enlever si je n'ai pas fait mes 10 000 pas dans la journée, un frigidaire qui refusera de s'ouvrir après ma première bière et qui me dira d'une voix charmante: "Grégoire, aujourd'hui, n'ayant pas fait suffisamment d'exercice physique, n'ayant mangé que deux fruits et un légume, vous ne pouvez boire qu'une bière avec modération".  Je pourrai gérer le chauffage, allumer la radio, éteindre ou allumer les lumières, actionner à distance ma chasse d'eau, surveiller mes enfants, ma femme, mon chien, mes 4 chats, mes 23 poules et ma bagnole. Je serai joignable partout, jamais seul mais totalement protégé et surveillé, dorloté par les Marques et l'État. On saura toujours où je me trouve, dans quelle position, ce que je fais, si je ne risque rien. Les Enseignes auront accès à tout l'historique de tous mes faits et gestes, ils pourront ainsi me proposer uniquement ce qui me plaît, avant même d'en avoir eu envie. Les laboratoires pharmaceutiques pourront me proposer les médicaments qui soignent les maladies que je n'ai pas encore eu. On me livrera directement chez moi un burger alors que je n'ai pas encore faim... Monde magique !

Dans les usines, les bureaux, toutes les machines et les ordis seront connectés, on pourra précisément connaître ma cadence de travail, combien de pauses café/clopes/caca j'ai pris dans la journée, m'envoyer une petite décharge électrique quand je pique du nez, ou un bonbon si j'ai été performant... Avec l'IA (Intelligence Artificielle) en plus, j'aurai même plus besoin de bosser bientôt. Elle fera tout à ma place... J'aurai plus qu'à rester chez moi à revisionner mes Marc Dorcel et mes séries préférées. Quel pied, quelle vie ! A se demander comment ils ont fait avant, ces cons d'humains, et comment ils font encore aujourd'hui ces cons d'Amishs...

Pas d'électricité, pas de voitures, pas de télés, pas de téléphones, pas de films X.

J'arrête ici la liste, c'est trop affreux et je retourne dare-dare à ma vie numérique pleine de vide coloré. Merci Super Macron !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.