GroupeX
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2017

GroupeX
Abonné·e de Mediapart

Il faut un nouveau pacte de confiance entre l'Etat, les entrepreneurs et les citoyens

Tribune libre signée Christophe Février, entrepreneur industriel français

GroupeX
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« S’il y a bien une tendance lourde qui ressort de la période agitée que nous traversons, c’est celle de la moralisation de la vie politique.

Se poser ses propres limites, respecter le système et ne pas utiliser ses failles, être soi-même son propre gendarme avant que les différents scandales nous amènent à légiférer… voilà ce à quoi les peuples semblent aspirer.

Or les entrepreneurs ne sont pas si différents des acteurs de la sphère politique: ils ont du pouvoir, et évidemment les responsabilités qui viennent avec. Et à l’instar des politiques ils veulent avoir les mains libres pour pouvoir mettre en œuvre des politiques innovantes et dynamiques pour l’emploi. Le monde évolue à grande vitesse, et les lois régissant le travail peinent à accompagner ce changement.

Ceci vient en partie du manque de considération que l’Etat a envers les entrepreneurs. Alors qu’il est un maillage indispensable du tissus social, l'entrepreneur est souvent décrié, présumé coupable de comportement délictueux et disons le franchement, d’une volonté d’enrichissement personnel au mépris de ses employés.

Et ceci est insupportable: il faut absolument recréer le lien entre les français et ceux qui au quotidien, se démènent pour innover et rendre ce pays dynamique à l’heure où le mot travail prend un sens éminemment différent de celui qu’il avait pour nos grands- parents.

Alors soit, des abus ont été et sont quotidiennement pointés du doigt… qu’importe! Il faut aller de l’avant, changer les consciences plutôt que le fatras de lois régissant l’embauche et la rémunération et accepter que la dérégulation n’est pas forcément synonyme de violence sociale.

Mais ce changement profond ne pourra prendre corps uniquement si les entrepreneurs sont irréprochables, et si l’Etat met en place quelques balises très simples afin d’accompagner ce changement complet de paradigme:

  • Imposer l’égalité salariale hommes/femmes au sein de TOUTES les entreprises: chaque citoyen doit pouvoir penser que son travail est aussi précieux que celui de son collègue, et ce quel que soit son sexe.
  •  Imposer un pourcentage d’employés issus des zones d’éducation prioritaires. Tout entrepreneur sait que la vivacité d’esprit et la hauteur de vue ne sont pas l’apanage des énarques. Il n’y a pas pire politique pour une société que de condamner à l’échec une partie de ses citoyens, nous en constatons tous les jours les effets ravageurs.
  •  Repenser le RSI intégralement et proposer des alternatives de cotisation. Le travail en indépendant constitue à coup sûr un des futurs du marché de l’emploi et il est dramatique que ce régime de cotisations plombe autant d’entrepreneurs en devenir.
  • Déréguler le marché de l’embauche en proposant un panel important de contrats de travail recouvrant tous les besoins éventuels d’un entrepreneur, notamment en ce qui concerne la réactivité. Cette libéralisation doit s’accompagner d’une adaptation des cotisations sociales en fonction des différents contrats afin de contrecarrer les risques de précarité: c’est cette fameuse « flexi-sécurité » qu’il faut absolument mettre en œuvre.
  •  Insister sur les formations, notamment celles permettant la reconversion d’adultes, voire de seniors. Il est extrêmement dommageable que chaque année des gens d’expérience soient poussés à la retraite alors qu’ils pourraient être un atout majeur pour une entreprise qui saurait mettre en valeur leurs qualités.
  •  Encadrer les salaires des dirigeants ainsi que les dividendes et les régimes spéciaux de retraites dits « parachutes dorés ». Ces chiffres déments colportés par la presse sont pour partie à l’origine de la fracture entre les dirigeants et leurs employés. Il est normal qu’un dirigeant s’enrichisse, il est en revanche insupportable que des tels écarts de rémunération existent.Il serait également souhaitable d’obliger les entreprises bénéficiaires à réinvestir dans les pays où ont été créées ces richesses, et ne servent pas qu’à financer un dumping sans vergogne.
  •  Délaisser l’assistanat au profit de la solidarité: le travail me parait une source d’équilibre pour chaque être humain, et l’inactivité est connue pour générer des désordres. Il faut prendre en considération le désespoir de la jeunesse et redonner du dynamisme à cette partie si importante de la population.

Ce ne sont  évidemment que quelques pistes mais qui sont symptomatiques du changement indispensable pour éviter que notre société implose.

Je crois profondément que la moralisation de la société est en marche, et que les entrepreneurs doivent non seulement accompagner mais précéder cette modification de société. Si l’Etat nous fait  confiance et nous donne les moyens de mettre en place cette nouvelle politique, je me fais fort d’être leader en ce domaine. Le travail est un paramètre primordial de la réussite d’une société: ensemble faisons en sorte qu’il dépasse son sens étymologique pour devenir une vraie source d’épanouissement , voire, soyons ambitieux, de bonheur. »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff