à tous ceux qui sont parfaits...

et ils sont si nombreux...

 © GTK © GTK

Il était une fois un homme qui avait deux grosses cruches accrochées à une perche qu’il portait sur ses épaules. L’une des cruches était fêlée alors que l’autre était parfaite. Lorsque le porteur d’eau arrivait chez lui, la cruche fêlée était toujours à moitié pleine alors que l’autre cruche portait fièrement toute son eau. La cruche fêlée avait un peu honte d’elle-même. Au bout de quelques semaines, le porteur d’eau lui montre les fleurs qui poussent le long du chemin et seulement du côté de la cruche fêlée. Comme il savait qu’une de ses cruches perdait de l’eau, il a semé des graines de son côté du chemin et la cruche fêlée les arrosait chaque jour, en passant… Et c’est grâce à la cruche fêlée que le porteur d’eau pouvait cueillir des fleurs pour embellir sa maison.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.