Dissolution

La bête immonde est en forme. Qu'est-ce que nous attendons pour exiger la dissolution des partis et mouvements d'extrême droite en France ?

 © GTK © GTK

Les thèses racistes et xénophobes de l'extrême droite n'ont rien à faire dans notre République puisqu'elles sont incompatibles avec ses valeurs. La préférence nationale n'est pas inscrite dans notre Constitution. Le rejet de l'étranger non plus. Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit.

On attend quoi ? Qu'il soit trop tard ?

On vient de nous bassiner pendant des jours avec la mort de Chirac. Je viens de lire que sa famille n’a pas souhaité que la présidente du RN soit présente à l’hommage. Je remercie Chirac et sa famille pour ça. Je les remercie d’être clairs avec ça. Un ministre du gouvernement a précisé, quant à lui, qu’il n’avait pas d’opinion sur le fait de savoir si c’est une bonne idée ou pas.

On nous raconte qu’un media a transmis en direct le discours d'un raciste nouvellement et définitivement condamné par la justice. Moi je dis que ce media est complice de racisme.

« On a connu ça dans l’entre-deux guerres, dans les journaux des gens qui tenaient des propos qui n’avaient plus rien à voir avec l’information » a commenté Hollande.

On nous raconte qu’un philosophe est allé au rendez-vous. Il savait ce qu’il faisait.

L’extrême droite n’est pas un parti comme les autres. Tous les démocrates vous le diront.

Alors qu’est-ce qu’on attend ? Qui osera, quel personnage politique aura le courage de dire haut et fort, que non, ce parti n’a rien à faire dans la République ?

Ruquier a toujours refusé de lui donner la parole. Enfin, c’est ce qu’il croyait, parce qu’il ne savait pas qu’il faisait bien pire en faisant entrer dans les salons de France -même le mien- un (seulement un ?) de ses représentants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.