Acteurs ou complices ? Tous responsables…

Les rapports de force, une calamité dans les lieux clos comme ailleurs.

les-rapports-de-force

Les mauvais traitements infligés à ceux qui ne sont pas en situation de se défendre sont toujours inhumains, donc indignes.

L’OIP en parle, pour les prisons, ou des détenus sont maltraités par des surveillants.

On en parle dans les EHPAD où des vieillards sont maltraités par des « soignants ».

On en parle pour les enfants qui sont maltraités chez eux, dans leurs familles ou dans les familles d’accueil ou les établissements d’accueil lorsqu’ils sont placés.

Quand les humains se servent de leur position de force face à des personnes plus jeunes, plus faibles, plus démunies c’est parce qu’ils se sentent tout puissants par rapport à ceux qu’ils maltraitent et qu’ils prennent plaisir à faire souffrir. Beaucoup d’humains ne savent entretenir avec les autres que des rapports de force.

Dans les lieux clos où vivent des personnes fragilisées puisque privées de leur liberté de vivre, certains se laissent aller à l’indignité. Et chaque victime devrait au minimum, pouvoir s’exprimer ; en toute sécurité.  Combien de fois entendons-nous que « tout le monde savait »… Et trop souvent tout le monde n’a rien fait ou rien dit. Pour ne pas être mal vu par les collègues, par les supérieurs, par peur des représailles, par corporatisme, parce que tout le monde fait pareil, pour ne pas faire de vagues, pour ne pas braquer les projecteurs sur l’institution, par je m‘enfoutisme aussi ; pour un tas de raisons qui sont toutes mauvaises puisqu’elles permettent de porter atteinte à l’humanité d’un autre humain.

Il n’y a pas lieu, à priori de mettre en doute la parole de quelqu’un qui se dit victime de harcèlement ou de mauvais traitements. On écoute, toujours. On prend en compte, toujours. Puis on se renseigne, on enquête, on recoupe et on agit. Ou alors on est complice. On ne se remet jamais d’avoir été complice d’une indignité…

« Cela veut dire beaucoup pour les personnes opprimées de savoir qu’elles ne sont pas seules. Ne laissez jamais personne vous dire que ce que vous faites est insignifiant. » Desmond Tutu

 

L'oiseau vient de là

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.