Merci aux filles, Maires gauchistes et écolos

Et aux garçons aussi. Ces maires qui nous font rêver…

 © GTK © GTK

Barseghian, Rubirola, Hidalgo, Dambach, Aubry et les autres…

Des nanas et c’est tant mieux. Il y en a sûrement ailleurs aussi, des moins connues.

Des hommes, Verts et de gauche aussi, à Bordeaux, à Lyon, à Grenoble etc.

Les vieux ne sont pas allés voter et les jeunes et les femmes ont gagné. CQFD. Le confinement a changé la vie de beaucoup, le virus a endeuillé de nombreuses familles. Il fait peur et réfléchir aussi.

Pendant trois mois, ce sont toutes les services de santé, les pompiers, les nettoyeurs, les chauffeurs, les caissières qui ont fait tourner la France. Pas le président ni le gouvernement, qui ont beaucoup improvisé. Les citoyens ont compris qu’ils doivent d’abord compter sur eux-mêmes et sur leurs proches voisin, là où ils habitent.  Depuis deux jours il n’y a plus de gouvernement, et Ça change quoi ?

Une nouvelle chasse l’autre. Hier c’était le nouveau premier ministre, puis la victoire à Marseille…

Le nouveau gouvernement c’est pour aujourd’hui, il faut occuper l’espace…

On croyait qu’il n’y avait plus rien à espérer, à gauche. Il paraît que Madame Rubirola avait été exclue des Verts parce qu’elle fricotait avec la gauche, que Mélenchon en disait bof, et même que Gaudin, l’ancien maire n’avait jamais entendu parler d’elle… Moi je suis niaiseuse et je m’emballe quand il s’agit de d’espérer alors j’ai lu sur Mediapart qu’à Marseille, c’est loin d’être gagné -on a quand même le droit de se réjouir et d’espérer pendant quelques jours non ? Hier en tous les cas, elle a tenu de beaux propos bien de gauche…

« Au-delà de cette assemblée un peu solennelle je voudrais surtout que mon discours s’adresse à toutes les Marseillaises et tous les Marseillais.

Aux « gens de peu », ceux qui vivent avec moins de 950 € par mois, aux « gens de rien », ceux à qui il ne reste que leur dignité, à tous ceux qui souffrent de la misère et de la pauvreté, fléaux de notre ville, à tous je veux leur dire on ne vous abandonnera pas !

A tous ceux qui ne sont pas allé voter par dégout, désespoir ou désaveu de la classe politique, à ceux qui ne croient pas dans leurs élus et qui doutent de leurs institutions. Je veux leur dire qu’on agira toujours dans l’intérêt général, au service de tous, avec le même souci d’égalité quelles que soient nos différences, je veux que chacun retrouve la fierté d’être marseillais et se retrouve dans leurs représentants.

A tous les citoyens engagés, dans la vie civique, dans l’animation de leur quartier, aux lanceurs d’alerte, aux responsables associatifs, à toutes ces Marseillaises et tous ces marseillais mobilisés pour tenter d’améliorer la vie et créer du lien social. Je veux les remercier, la démocratie locale a besoin d’eux et ils seront nos interlocuteurs.

Aux entrepreneurs, aux commerçants, aux artisans, aux entreprises de l’économie sociale et solidaires, du tourisme, aux stars-up à toutes les forces économiques capables de nous aider à redresser Marseille. Ensemble nous réussirons parce que nous avons du caractère, des atouts indéniables et que nous saurons tirer profit de toutes les richesses offertes par notre Cité.

Aux chercheurs, aux universitaires, aux intellectuels dont la vision nous sera utile pour penser la ville et anticiper les grands défis qui nous attendent : la transition écologique, la réduction des inégalités, la dignité de chacun, le vivre ensemble.

A la jeunesse qui est peu allée voter et dont l’énergie nous est pourtant vitale. Je veux cultiver l’intelligence de Marseille en l’impliquant davantage dans la vie de notre cité. Je veux d’une ville jeune et festive où les jeunes ont envie de rester.

Je veux dire aux enfants d’immigrés de plusieurs générations, qui peuvent parfois se sentir à la marge, vous êtes chez vous à Marseille et nous avons besoin de vous, de vos talents, de votre énergie. Tous vous méritez notre respect.

Enfin je m’adresse au personnel municipal pour leur proposer un nouvel élan dans les politiques publiques, je veux les assurer de toute ma confiance et ma détermination à les écouter pour un retour à l’équité et libérer les compétences.

À tous, je voudrais dire que je serai la Maire de toutes les Marseillaises et tous les Marseillais, et que je rechercherais toujours l’unité de cette ville, sa concorde, dans la tolérance, le respect, la transparence et le dialogue.

À tous élus comme citoyens je parlerai un langage de vérité. »

Si c’est pas la révolution ça lui ressemble. A Marseille, à Strasbourg, à Bordeaux, à Lyon…  Même pas besoin de tout casser.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.