La chance du débutant...

C’est cela aussi la réussite de Macron. Maintenant on passe aux choses sérieuses...

L’effet de surprise, la « nouveauté », la jeunesse, le culot, ont été une chance pour Macron... Il a, comme tous les gens de son âge encore beaucoup de choses à apprendre... Et ça manifestement, il l’oublie trop souvent. Pendant sa tournée dans les îles, notamment à Ouvéa, il en aura apprises c’est sûr. L’humilité peut-être ?  Quand on se retrouve au milieu de gens qu’on ne connaît pas, il faut se rendre abordable... Qu’est-ce qu’ils se sont raconté avec la dame, c’est ça qu’il faudrait savoir...

macron-dame-kanak-c

macron-dame-kanak-3-c

macron-dame-kanak-2-c

Elle avait l’air de lui faire confiance et lui aussi. Il a dit qu’il a appris, un peu de ce peuple de là-bas où les regards et les gestes sont aussi importants que les mots... Des moments forts aimables pour lui sans aucun doute, dans tout ce monde inconnu de lui, et pourtant si accueillant, si chaleureux et si vrai. Là-bas, à Ouvéa ils ont bien reçu le président.  Ils avaient attendu Mitterrand, en vain, à la grotte. Trente ans après c’est Macron qui est venu, un président, enfin. Le temps n’existe pas en Kanaky. Quand on s’en va pour longtemps, on dit à demain et quand on part pour toujours, on dit à bientôt. Puis quand on se retrouve on reprend la conversation là où on l‘a laissée, même dix ans plus tard,  comme si on c’était vu la veille... La visite à Ouvéa restera peut-être pour lui un temps fort, bien plus fort que sa visite à l’enfoiré des Etats-Unis. On ne fait pas copain avec les cons et les méchants même quand on est président. Comme l’a dit Hollande, « La diplomatie ça consiste à avoir des relations d’Etat à Etat. On n’a pas besoin d’y mettre de l’amitié, et encore moins avec D Trump ». Bien dit.

La chance du débutant c’est fini. Après avoir gaver les très riches il va falloir penser aux autres, à ceux qui triment pour des clopinettes, à ceux qui n’arrivent pas à manger jusqu’à la fin du mois, à ceux qui dorment à la rue et à ceux qui n’ont aucun droit, même pas celui d’être en France alors qu’ils ont souvent bravé l’enfer pendant des jours pour venir jusqu’à nous où ils espèrent juste pouvoir vivre libres, parce que tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Alors les mesures pour plus d’égalité et plus de fraternité, c’est maintenant. Pour faire repartir la croissance et créer des emplois il faut donner plus de moyens à ceux qui dépensent. Et augmenter les dotations pour l’hôpital –il y a de plus en plus de malades à cause de la malbouffe, de l’air irrespirable (il fait quoi Hulot)- pour les maisons de retraite  (il y a de plus en plus de vieux)  et pour toutes les associations qui accueillent ceux d’ici et ceux qui viennent d’ailleurs et qui n’ont rien. Parce que c’est une question de dignité. D’humanité et que ce n’est pas négociable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.