« Un peu d’humilité »

Enfin...

un-peu-d-humilite

« Nous avons manqué d’humilité ». Tout le monde. Le Président Tous les ministres. Oui. « Et plus d’écoute des Français. Oui. » a dit le ministre de l’Intérieur... Et le président, pincé, répond que le ministre de l’Intérieur  a raison.

Macron s’est peut-être souvenu qu’il a dit, en février 2017 « Il faut osciller entre humilité et arrogance. Si vous tombez d'un côté, vous devenez soit inefficace soit dangereux ».

Inefficace certainement, tous les voyants (économiques, chômage, pauvreté, immigration...) sont au rouge...

Arrogants, et donc dangereux, aussi, la preuve par Benalla... La totale...

C’est toujours bien de proclamer qu’on s’est trompé d’autant qu'en politique, comme partout, c’est une des choses les plus difficiles à reconnaître et à assumer...

Il ne suffit pas de dire qu’on va changer, il faut le prouver... On attend.

NB Pour tous les sots qui vont débarquer pour me faire la leçon et prétendre que j’adouberais ce président, je précise, parce qu’ils l’ont oublié ou qu’ils ne l’ont jamais admis, que Macron est président encore pour quatre ans au moins et que même si on n’attend rien de lui, on fait avec, et on peut quand même espérer que les plus fragiles seront épargnés et qu’ils puissent simplement vivre.

Par ailleurs, à gauche il n’y a toujours rien qui tienne la route et les fachos ont le vent en poupe. La gauche n’a pas à lorgner vers les électeurs de l’extrême droite et trouver des slogans destinés à les séduire. La gauche doit faire des propositions dignes d’elle, des propositions pour plus de liberté, plus d’égalité et plus de fraternité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.