Macron, le pari impossible

Non la droite et la gauche ne peuvent pas gouverner ensemble. La preuve. C’est la chienlit.

 © GTK © GTK

Les Français sont dans la rue ou en grève comme jamais depuis longtemps. Et tous sont mécontents… C’est du grand art d’arriver à se mettre à dos tout le monde en même temps… Ça passe ou ça casse… A mon avis, cette fois, ça ne passera pas, sans casse…

Ceux qui ne sont pas en grève sont mécontents.

Les plus fragiles, ceux qui n’ont pas d’autres choix que d’aller travailler, les précaires, ceux qui viennent d’être embauchés… Ils font des efforts immenses pour aller au travail et comme si ça ne suffisait pas à leur peine, il y a le Yeti qui les a pourris sur Twitter, en écrivant, bien au chaud derrière son écran, qu’il ne faudra jamais compter sur ce peuple là pour faire la révolution. Comme si ce peuple-là avait vraiment le choix… Je lui ai dit ça, alors il m’a répondu qu’il m’emmerde et pour finir il m’a bloquée. Pauvre gauche radicale qui ne comprend toujours pas qu'elle fait là le jeu du gouvernement qui divise pour mieux régner. Et démontre en plus pourquoi le peuple ne votera jamais pour elle, parce que la démocratie, la liberté, l'égalité et la fraternité, c'est pas comme ça.

Et lui qui devait commencer une saison de travail à la montagne a eu le visage et ls dents fracassés, gratuitement, par des CRS lundi, à Lyon ; Il était dehors par hasard et il marchait pour suivre le mouvement… Les policiers l’ont laissé au sol, il aurait pu être mort.

Et on n'oublie pas tous ceux qui depuis un an ce sont fait massacrer.

Alors le premier ministre peut annoncer tout ce qu'il veut, on s’en fiche, c’est trop tard. Et en plus, comme si ça ne suffisait pas, on sait maintenant, que cette réforme a été confiée à un profiteur hors la loi…

Incompétence, mépris, inconscience, n’en jetez plus, assez de boniments, la cour est pleine…

Et à gauche qu'est-ce qu'on a ? Des fous furieux et des absents... Et nos yeux pour pleurer... Ou pas...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.