14 juillet, fête nationale ?

Ou salon de la guerre et des armes…

 © GTK © GTK

« Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14-Juillet parce que ça correspond à une autre période. J'ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé [militaire] par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d'être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent » avait dit Eva Joly, en 2011 avant de se faire moucher par tous les partis politiques…

Le peuple des Gilets jaunes ou noirs était sur la grande avenue parisienne, enfin ceux qui n’ont pas été refoulés… Les autres ont copieusement sifflé le pouvoir. Pour le reste, le peuple était absent. On n’a vu qu’un grand déballage d’armes et de soldats. Prêts à nous défendre nous a-t-on expliqué. Prêts aussi à attaquer et à tuer ailleurs, même des innocents ?

Il y avait des blessés, l’un d’eux a glissé un bracelet au poignet du président ; des chiens aussi, des chevaux et de la musique. La seule excuse qu’on a trouvée pour expliquer aux petits pourquoi on regarde tout ça…

A la tribune se tenait, derrière le président, le ministre de l’Ecologie, ancien président de l’AN. Il attendait, l’œil inquiet et les dents serrées, un regard, un geste de son patron président, en vain.

Le monde politique est dur et sans âme. On nous l’explique dans des séries télévisées, comme Baron Noir, Marseille ou Jeux d’influence... Des fictions et nous savons tous que la réalité dépasse toujours la fiction.

Peut-être qu’un jour lointain on fera défiler sur les Champs, tous ceux, nombreux, qui pour avoir réclamé une vie un peu meilleure, se sont fait tirer dessus par les forces de l’ordre et ont perdu la vie, un œil ou une main…  On peut rêver. On doit rêver.

Hier soir dans ma petite ville, le peuple a fait la fête, avec les pompiers, Le peuple a défilé, a chanté, s’est restauré, a dansé. Et tout s’est terminé par un feu d’artifices, magnifique. Il y a des élections l’an prochain… Mauvaise langue…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.