Créer des liens...

« Ça veut dire quoi apprivoiser ? Ça veut dire créer des liens… » A de St Exupéry

 © GTK © GTK

- Bonjour, dit l’animateur social.

- Bonjour répond l’Autre.

- Qui es-tu ? Demande l’animateur ?

- Moi, répond l’Autre.

- Viens travailler avec moi, dit l’animateur.

- Je n’ai pas envie de travailler. Pourquoi et pour qui je travaillerais ? Et il pense que ce type en face de lui est comme les autres, qu’il n’en a rien à cirer de lui.

- Ah excuse-moi, dit l’animateur. Je vois que tu n’es pas prêt.

- Ça signifie quoi, pas prêt ? Demande l’Autre.

- Ça veut dire que tu n’as envie de rien. Et moi je ne peux pas avoir envie à ta place, répond l’animateur social.

- Ah ça ? On peut essayer. Mais je ne te promets rien dit l’Autre.

- On commence demain. Au début, tu me regarderas faire. Et petit à petit tu apprendras et tu feras. Si quelque chose te pose problème, tu m’en parles tout de suite.

- D’accord, dit l’Autre.

Alors ils travaillent ensemble. Quand l’Autre ne sait pas, il pose des questions. L’animateur lui explique. Quand ils ne sont que tous les deux, l’Autre parle à l’animateur de lui, des trucs qu’il trimballe dans sa tête depuis des années. L’animateur écoute, ça l’intéresse. Alors l’Autre a envie de savoir des choses sur l’animateur. Il lui pose des questions, l’animateur y répond. Et petit à petit, ils apprennent à se connaître. L’Autre prend de l’assurance. Il commence même à discuter avec les autres membres de l’Atelier. Oh, ce n’est pas toujours facile. Des fois il craque. Il a envie de tout laisser tomber… Il a l’impression que tout l’entraîne vers des choses impossibles. D’autres fois il se dit qu’il va y arriver. L’animateur s’énerve un peu parfois. Lui aussi a souvent l’impression qu’il faut tout recommencer à zéro. Il doute aussi parfois, se demande s’il a bien fait ou bien dit ce qu’il fallait…

- Je ferais n’importe quoi pour toi, dit l’Autre à l’animateur au bout de quelques mois.

- Je sais. J’ai confiance en toi. Et ce sera encore mieux le jour où tu le fera pour toi, lui répond l’animateur.

Le soir venu, et avant de s’endormir, l’Autre repasse dans sa tête tous les moments de sa journée. Il se rend compte qu’il a fait plein de choses et lui arrive même de se sentir content de lui. Le matin, quand il se réveille, il lui arrive de plus en plus souvent de se préparer avec plaisir pour la nouvelle journée. Il commence même à avoir des habitudes… Ça le rassure.

Et un jour, tout va vraiment mieux pour l’Autre. Il dit à l’animateur qu’il veut partir, avoir un logement à lui. Le travail il l’a déjà trouvé, il pourra payer un loyer. Et l’animateur savait que ce jour viendrait. C’est le but de l’association dans laquelle il travaille. Réparer ce qui peut l’être chez ceux qui ont été brisés jusqu’à ce que l’ensemble tienne debout, pour avancer… Il y a des petites blessures et des plus grandes. Parfois ça va vite, parfois ça prend du temps… Il y a même des rechutes… La seule chose qui est sûre, c’est que tant qu’un être est vivant, il faut espérer…

Le jour arrive

- Ça y est je m’en vais. J’ai un peu peur… Et il se dit que s’il ne part pas vite, il va se mettre à pleurer.

- C’est normal d’avoir peur, tu sais. Mais tu verras, ça va aller. Et si t’as besoin, tu sais où nous trouver…

- Bien sûr. Maintenant je sais que si un jour j’ai un coup dur, il y aura toujours quelqu’un sur qui je pourrai compter.

- Moi non plus je ne t’oublierai pas.

L’animateur regarde l’Autre partir. Il se dit qu’il le reverra peut-être ou peut-être pas et lui aussi a envie de pleurer… C’est pas le moment. Il y a les autres qui attendent… 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.