« On dirait que c’est dieu »

Qui ça ? Alexandre Benalla, le chômeur le plus connu de France...

ane

C’était dans le bus tôt ce matin. A la radio il n’était question que de lui. Alors forcément. Quelqu’un a dit « On dirait que c’est dieu ». Moi je mets un d minuscule, mais la dame elle, en aurait mis un grand, c’est sûr.

Hier matin Alexandre Benalla a répondu à toutes les questions et s’est même excusé, en préambule, auprès du sénateur Bas qu’il avait insulté en le traitant de « petit marquis ». Il a précisé qu’il respecte les institutions depuis toujours, si si... Le sénateur a paru gêné comme s’il ne savait pas très bien comment les prendre ces excuses. Et manifestement, il ne s’y attendait pas. Quoiqu’il en soit, c’était bien joué (ou pas) par M Benalla.

Celui qu’on pensait être un voyou sait parler posément et poliment. Il l’a démontré. S’il a menti il est très fort. Ceux qui mentent et son successeur à la barre, -pardon, dans la salle-, l’a prouvé, hésitent, réfléchissent, calculent et quand ils se souviennent de ce qu’ils risquent à mentir, il ne répondent plus. Benalla rien de tout ça. Il répond. C’est limpide, ça coule. Il commence presque chaque réponse en disant qu’il va être précis et il l’est. Un sénateur a commenté en disant que le fait qu’il commence presque toutes ses réponses en disant qu’il va être précis, prouve qu’il a des choses à cacher...

Celui qu’on pensait être un gros bras, Rambo, sans cerveau, une brute épaisse, s’avère être un homme intelligent qui sait de quoi il parle. Il a un port d’armes oui, il a une arme, mais c’est pour se protéger lui parce qu’il se sent menacé. Bigre. Chaque matin, il part au taf armé et chaque soir il rentre chez lui armé. Et parfois quand il ne passe pas au bureau pour être plus vite sur zone, il ne pose pas son flingue, il le porte sur lui. C’est arrivé rarement, mais c’est arrivé il a dit. Donc la question insidieusement posé de savoir s’il était armé en présence du président, histoire de le faire mentir, est tombée à l’eau.

Quand on lui a demandé où il travaille depuis qu’il est licencié, il a répondu « Pôle emploi ».

Un voyou, un casier, lui ? Pour travailler pour le président, pour avoir le droit de porter une arme, pour devenir fonctionnaire, pour tout ça il faut être intègre et sain d’esprit. Il l’a précisé, il a passé tous les tests et tout était normal.

Une perle cet homme. Tous les embaucheurs qui auront vu sa prestation vont lui proposer un poste. Il est rassurant, digne et efficace. Sauf bien sûr, quand il outrepasse ses droits. Au défilé du 1er mai il s'est fait passer pour un policier et il a tabassé des citoyens qui n’avaient rien fait d’autre que manifester ; il a tiré une femme par les cheveux, mais hier matin personne n’a parlé de ça, c’était interdit. Et ça ne cadre pas du tout avec l’homme respectable qu’on a vu s'exprimer. Ce  n'est pas digne d'une démocratie. On croirait presque que c’est un autre que lui qui avait fait ça... Heureusement que sur toutes les vidéos on voit bien que c’est lui. Son futur patron, s’il en trouve un, se demandera peut-être lequel des deux il va embaucher ?

Non Benalla n’est pas dieu. Juste un homme qui a gâché la chance qu’il avait de faire le boulot dont il rêvait, pour un homme qu’il estimait (adorait ?) et qui le lui rendait bien. Trop bien ? Ils avaient fini par croire tous les deux, qu'ils étaient intouchables.

On nous dit que le président en parlera bientôt de ce ratage maison. S’il l’avait fait tout de suite, on en parlerait plus depuis longtemps... Ou pas...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.