Dissoudre la haine

L’extrême droite n’a pas sa place dans notre société. C’est elle qu’il faut combattre.

 © GTK © GTK

On attend quoi pour interdire tous les partis dont le fonds de commerce est le racisme, la xénophobie l’exclusion de ceux qui ne sont pas blancs de peau ?  Des morts, encore des morts ? La liste est longue des actes terroristes commis par l'extrême droite. On peut la trouver ici. Et on verra que ça ne date pas d’aujourd’hui.

Ces partis sont une honte pour notre démocratie. Et on le répètera encore et encore, le racisme comme l’antisémitisme ne sont pas des opinions. Ce sont des délits qui débouchent souvent sur des crimes.

Comme en Allemagne ou ailleurs en Europe et aux Etats-Unis.

Et non ce n’est pas la pauvreté qui crée l’extrême droite. Les pauvres, les vrais pauvres, ne votent pas. Et ceux qui tuent ne sont pas pauvres d’argent.

Ce n’est même pas l’injustice non qui est à l’origine du racisme et de la xénophobie de l’extrême droite. Ceux qui manipulent les foules savent toujours ce qu’ils font.  Avec une réelle envie politique, on aurait même pu arrêter Hitler bien avant qu’il ne sacrifie des millions de personnes… On l’a vu arriver de loin, petit à petit. Et à l’époque déjà, on a laissé faire, par manque de courage politique. C’est avant qu’il faut agir. Après c’est trop tard.

Et on nous rejoue la même histoire, autrement. On laisse monter la haine, on l’alimente, à droite et aussi à gauche. L’extrême gauche désigne un ennemi, le pouvoir en place, voire le précédent, en le traitant de fasciste et l’extrême droite rigole. Les terroristes islamistes ont mis des trombes d’eau au moulin de l’extrême droite. Et les blancs ont déjà oublié que les autres sont aussi victimes des attentats.

L’extrême droite va encore progresser aux municipales « pour donner une leçon » penseront certains alors que ce sont eux, chez eux, dans leur quotidien qui vont morfler. Aucun citoyen dans aucune commune « gérée » par l’extrême droite n’a vu son quotidien s’améliorer grâce à son maire. Bien au contraire puisque les maires fachos, en ne subventionnant plus ceux qui aident, anéantissent le peu d’espoir qu’on les plus démunis de vivre mieux.

La haine n’a jamais rien donné de bon. La violence non plus. Nous sommes dans de sales draps et il ne tient qu’à nous de retrouver le bons sens. Celui des valeurs de notre République.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.