Digitus impudicus

« … Il disait aussi que beaucoup de gens passaient pour fous à cause de leurs doigts, parce que si quelqu’un portait le doigt du milieu tendu, on le regardait comme un insensé ; ce qui n’arrivait point, si on portait le petit doigt tendu. » Diogène de Sinope (413 avant JC-327 avant JC)

doigt-dhonneur

Ce geste a joué un rôle dans des évènements politiques.

2019

Un policier lui a tiré dessus, alors que deux secondes auparavant le commissaire responsable de l’unité des policiers était en train de lui parler de manière sympathique -C’est G Glanz qui l’a raconté aux journalistes. C’est même pour ça qu’il a demandé à (re)voir le commissaire. Un autre policier le repousse violemment et il fait le geste. Puis les policiers se jettent sur lui… Il est arrêté, mis en garde à vue, interdit de manifestations alors que c’est son travail de filmer les manifestations, parce qu’il est journaliste reporter et fondateur du site d’information Taranis News. Le secrétaire d’Etat vient de dire à Bourdin que le commissaire était en lien direct avec le Préfet de Police de Paris (écouter à partir de la 39ème min). Ha. Si j’étais parano, je me dirais que Gaspard Glanz s’est fait piéger…

Comme je suis simplement une citoyenne, je suis indignée qu’on s’en prenne à un journaliste qui certes n’a pas à faire un doigt d’honneur à un policier. « J’ai insulté quelqu’un ce n’est pas bien » a dit Gaspard Glanz après sa garde à vue.

En 2018, un retraité avait été arrêté parce qu’il avait fait un doigt à Macron. Le sexagénaire a écopé d’un rappel à la loi solennel. Il risquait au maximum six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende pour outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique.

Le doigt on a le droit, parfois. Il faut être zen, cool, et pas du tout énervé…

Moi j’espère que la profession montera au créneau pour soutenir Gaspard Glanz. Nous sommes déjà plus de 25000 à avoir signer…

Parce que la France, c'est la Liberté, l 'Egalité et la Fraternité. Pour tous. Ou pour personne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.