Il n'y a pas de violences dans la police

Pauvres types…

Ils ont tué Cedric Chouviat en le laissant étouffer pendant de longues minutes…

Parce qu’il s’est moqué d’eux en leur disant « bande de clowns », les policiers ont tué Cédric Chouviat. Il a aussi soufflé « pauvre type »… C’est pour ça qu’il est mort. A 10h07, le 3 janvier 2020, un policier lui fait une clé d’étranglement, à 10h 13, il est inanimé…

Pendant ce laps de temps, Cédric Chouviat a dit sept fois « j’étouffe »… Cf le Monde et Mediapart

« Pauvres types » et meurtriers.

Mais il n’y a pas de violences dans la police.

On n’a pas oublié non plus ces cris-là, ceux de celui qui soit disant « ne savait pas nager »… On les entend encore et on ne les oubliera pas… De pauvres types de la police, encore, qui n’ont pas tué Samir ce jour-là, non, ils l’ont pris pour un ballon de foot.

Mais non il n’y a pas de violences dans la police on vous dit.

Il y a eu la noyade de Steeve pendant la fête de la musique…

Il y a aussi le crâne fendu de Maria.

Les yeux perdus de Jérôme Rodriguez et de tous les autres, les mains arrachées aussi.

Mais puisqu’on vous dit qu’il n’y  pas de violences dans la police…

Geneviève Legay à Nice,

Et plus récemment l’infirmière jetteuse de cailloux et montreuse de doigt d’honneur aux pauvres types qui lui ont fait manger la terre…

Et la fureur des pauvres types de la SNCF contre une femme enceinte de 7 mois, qui n’avait pas de billet et pas de masque et rien de ce qu’il faut, et dont, en prime, le compagnon sans papier va être expulsé.

Mais il n’y a pas de violences dans la police. Pas de racisme non plus...

Dans la police, on ne parle pas, on cogne, on jette par terre et parfois on tue.

L’avocat des policiers qui ont tué ou laisser mourir Cédric Chouviat, l’a dit ce matin, ils sont toujours en service en précisant qu’on ne va quand même pas arrêter un policier parce qu’il a passé des menottes… Et pour non assistance à personne en danger ? Pauvre type.

Il n'y a pas de violences policières

Il n'y a pas de violences policières

Il n'y a pas de violences policières

 © GTK © GTK

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.