Trois euros cinquante deux

Joyeuses fêtes Monsieur le président. Noël, Nouvel an et aussi celle que vous fait le peuple, à longueur de semaines...

 © GTK © GTK

Je n’ai plus rien à vous dire. Depuis que j’ai appris que vous êtes conseillé par l’énervé de droite, le mis en examen dans plusieurs affaires, dont une au moins d’Etat, l’ancien président que je déteste le plus au monde et je n’ai pas peur de le dire. Parce que le pire pour moi, c'est de s’empêcher de dire ce qu’on pense, voire de dire la vérité. Nicolas Sarkozy a fait plus de mal à la France pendant 10 ans que tous ses prédécesseurs. Sans lui vous ne seriez même pas devenu président. C’est lui j’imagine qui a savonné la planche de Fillon. Ça faisait partie de votre plan à tous les deux. Machiavélique. Vous êtes comme lui. Et ça Monsieur le président, c'est le pire qui pouvait vous arriver. C'est que je comprenne ça, enfin.

Vous nous avez trahis. Nous autres, du peuple dont je fais partie. Comment aurions-nous pu imaginer ? Nous ne sommes pas comme vous, nous autres. Nous sommes sincères. Nous pensons ce que nous disons et nous faisons ce que nous promettons. Le peuple, celui d’en bas encore plus que les autres, n’a qu’une parole. Vraie, entière. Il n’arrive même pas à imaginer qu’on puisse être aussi vulgaires.

Vous nous aviez promis qu’avec vous ça va changer, en mieux, pas comme avec le Pen. Et bien sûr je vous ai cru. Même si je n’ai voté pour vous qu’au deuxième tour. Je suis de gauche moi, vraiment de gauche et je milite pour le revenu de base, ce revenu qui permettrait, j’en suis sûre, d’éradiquer la pauvreté pour tous.

La pauvreté Monsieur le président, vous ne savez pas ce que c’est. Moi je l’ai vue en personne ce matin. J’étais à la caisse du magasin où j’ai fait quelques emplettes et devant moi il y avait une veille dame un peu courbée. Il lui manquait 3 euros 52 pour payer sa note à la caisse. La caissière lui a demandé si elle peut revenir pour payer, elle a répondu, « je pourrai, mais seulement le mois prochain ». J’ai fait un signe à la caissière qui a compris. Pendant ce temps la vieille dame commençait à ressortir de son sac quatre pauvres yaourts.

Je vous dis ça je vous dis rien. Vous avez peut-être une mère... Au cas où vous l’auriez oublié, votre grand pote lui, avait oublié la sienne sur le trottoir le soir de son élection. Qui se ressemble...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.