La mélodie du vent

Pas une seule question des journalistes sur la liberté d’informer, rien sur les violences policières, rien.

joueur-de-pipeau

Rien sur nos libertés.

Les travailleurs veulent gagner plus ? Quand on travaille, c’est pas le salaire le plus important il leur a dit. Lui qui gagne chaque mois 15140 euros… Qu’est-ce qu’il sait des travailleurs ? Il a reconnu lui-même qu’il descend dans la rue pour en rencontrer, il n’en connait pas…

Et pour le bouquet final, non non, il n’en veut pas à Benalla. Il lui faisait confiance. « Il a fait des fautes, très graves. Les sait-on toutes aujourd’hui. Je ne sais pas. » Il ne regrette pas de l’avoir embauché à l’Elysée, parce qu’il ne savait pas tout. « Quand vous décidez d’employer quelqu’un, il y a une part de risque. La responsabilité qui va avec.  C’est ma part de responsabilité. On en a sans doute beaucoup fait sur cette affaire. Beaucoup. Peut-être trop. » Trop ? Même pour des fautes très graves dont on n’aurait rien su ?

Quand on vote c’est pareil. On donne une voix (moi ce n’était qu’au deuxième tour, puisqu’il n’y avait rien d’autre, mais tout de même…). Quand on vote on prend le risque de voter pour quelqu’un dont on ne sait rien ou si peu.   Ça ne m’arrivera plus. Il l’a peut-être compris, c’est pour ça qu’il ne prendra même pas en compte le vote blanc, puisque c’est lui tout seul qui décide de tout. Moi moi moi, toujours lui...

Et en face, pour le contrer et redonner un peu d’espoir, il n’y a toujours rien de crédible dans une gauche incapable, inaudible et divisée… Pour les Européennes, pour moi ce sera l’écologie. Et après ?

Et demain dans la rue ce sera comment ? Il va pleuvoir… Encore… Des coups, de la haine, et du sang encore et encore ?

L'image vient de là

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.