Il s’appelait Habib

Il avait 27 ans et venait d’Afghanistan. Il avait faim, il avait soif. Samedi il s’est pendu, dans un campement à Strasbourg.

fleur-bleue

« Les gens ont traversé des mers, des fleuves, des océans avec des histoires de dingue, et quand ils demandent de l’aide et qu’on leur dit non, ce n’est pas possible. Faut arrêter les conneries. On est comme vous. On est Français, ou on veut le devenir parce qu’on respecte ce pays, on veut l’aimer et pas en profiter. C’est ça que personne ne veut comprendre", exulte Edson, le regard noir, perçant, chargé de dépit, avant de conclure : "des personnes vulnérables, il y en a d’autres. Des morts, il y en aura d’autres. Demain, ça sera peut-être moi" ». Lire sur le site de France 3 Alsace

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.