Donnez-moi de bons parents...

Et je vous ferai (peut-être) un monde meilleur…

Il n’y a pas de parents parfaits. Cela n’empêche pas que les parents sont coresponsables de leurs enfants. Ce sont eux les adultes. Ce sont eux qui doivent leur donner tout ce dont ils ont besoin pour grandir.

Chez les Lenoir, c’était le père, ministre de surcroît qui terrorisait les enfants. (voir ici à partir de 40’)

Chez les Moix, c’est le frère aîné, auteur connu, qui maltraitait son petit frère qui vient de tout raconter dans une lettre ouverte. Et les parents eux, ne savaient pas ? Laissaient faire ?

Et ceux-là, ces enfants-là, Frederic et Alexandre ont le courage de dire pour que les autres, tous les autres, martyrisés et anonymes, sachent qu’ils ne sont pas seuls à avoir pour parents des salauds. Oui parce qu’un adulte qui inflige des sévices à un de ses petits est un salaud et ceux qui savent et ne disent rien, aussi.

D’un autre genre mais dégueulasse aussi, quand les grands « frères » font croire à des petits qu’ils risquent le pire parce qu’ils ont touché à un « vélo de Paris » et que ça fait rire les imbéciles… Et qu’on comprend aussi à quel point ces enfants là ont peur de leur devenir…

On ne touche pas aux enfants. On ne leur fait pas de mal. Jamais. On les protège, toujours. C’est clair ?

Et que dire des mères qui sacralisent leurs garçons et qui rabaissent leurs filles. Et des pères qui laissent faire, se défilent et n’assument pas leur rôle de père parce qu’eux-mêmes sont des fils en adoration devant leurs mères qui leur a fait croire qu’ils sont des dieux ?

Et ces enseignants qui ne voient rien quand des gamins qui leur sont confiés se font harceler par des plus grands dans les écoles ?  

Quand pourrons-nous débattre sainement et sereinement de tout cela, quand serons-nous adultes ?

Chaque enfant est unique. Chaque enfant est un soleil. Les enfants sont notre avenir. Respectons-les et laissons-les devenir librement qui ils sont. Ici et partout.

 © GTK © GTK

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.