De droite ET de gauche rend impuissant…

Même s’il voulait vraiment, il ne pourrait pas…

Ce président comme ce gouvernement sont dans une situation intenable. Aucun des précédents n’a connu ça. Et le soir quand ils se couchent, s’ils sont sincères, les précédents doivent se dire qu’ils n’aimeraient pas être à sa place. Et tous ceux qui rêvaient de devenir PR, aussi… Le terrorisme c’était déjà horrible, et ce virus est une tragédie. Etait-il prévisible ? Des milliers de morts, sachant qu’on ne comptabilise officiellement que les morts à l’hôpital, pas ceux qui sont morts chez eux ni même ceux qui meurent dans les EHPAD. En 2003 on nous a dit qu’il y eu 15000 morts, en réalité ils étaient au moins 19000, mais ça on ne le saura que des années plus tard… On va pas chipoter pour plus ou moins 4000… (!) Alors depuis, chaque fois qu’il fait un peu chaud, on lance des messages pour que les gens s’occupent de leurs aînés… Cette fois on leur dit de les laisser crever seuls… Il y a des vieux qui en deviennent complètement fous, qui déraillent, et d’autres qui pensent que la France est en guerre parce qu’ils ont entendu à la radio ou à la télé le président dire que nous sommes en guerre… Et surtout, surtout, ils meurent… Il suffit pour cela de regarder l’âge des avis de décès parus dans la Presse…

Les manques de matériels pour les soignants et pour les malades ne sont pas de la seule responsabilité, du président, c’est objectivement évident. Mais ce qui est tout aussi évident, c’est que les soignants ont alerté, comme jamais, depuis des mois, et il n’a rien fait pour que ça change à commencer pas sa ministre maintenant au chômage qui aurait dû, pu (?) prévoir au moins depuis janvier. Sans doute minimisait-elle le risque comme le faisait aussi le désormais célèbre Dr Raoult, qui de surcroît ne se sentait pas concerné par le malheur des Chinois…

Qu’à cela ne tienne, l’heure n’est ni à la polémique ni aux plaintes pénales… C’est trop tôt et ce n’est pas à la priorité sauf pour ceux qui pensent déjà à l’après, qui calculent, qui imaginent et qui espèrent gagner des voix. Comme ça ?

Les Français ont bien compris qu’ils risquent tous leur peau aujourd’hui.

Et tout ce qui ne tue pas rendra plus forts ceux qui vont s’en tirer.

Assez forts pour redevenir pleinement humains ? Pour faire une place dans notre société à tous ceux qui réclament légitimement la leur ? L’égalité, enfin, pour les habitants des quartiers populaires ? Pour exiger que plus personne ne dorme dans la rue ? Pour changer leurs habitudes de pollueurs, de destructeurs de la planète, du vivant ?

Nous avons le temps d’y penser ; c’est bien le moins que nous devons à tous ceux qui se battent pour que nous restions en vie. Non ?

 © GTK © GTK

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.