« Réveille-toi, c’était pour rire »

Guy Bedos, anti raciste, anti sarkozyste, anti néoconservateurs, humain, profondément humain.

Son éloge funèbre de son vivant par Pierre Desproges

« j'ai Guy en moi, au-delà de l'artiste, il était l'homme qui venait nous soutenir rue de la banque, les sans papier, les exclus... Un homme sincère qui m'engueulait gentiment parce que SDF. Faire la bise à ton Papa était un bonheur et un honneur. » Croisepatte, sur Twitter

« Bedos, porte-voix des damnés de la terre… »

« Réveille-toi, c’était pour rire »

« Quand les Américains veulent faire tuer un chef d’Etat, comme ils l’ont fait avec Salvador Allende, avec l’aide de la CIA et du FBI, ils pouvaient très bien avoir Saddam sans assassiner des gosses, des femmes et des vieillards. » Guy Bedos

A Zemmour : « Je me fous de ton avis, je fais ce que je veux. Comme le disait Brel, « j’ai mal aux autres »… Guy Bedos

La méchanceté est une source de comique. Guy Bedos

Chagrin fiscal

« Je ne suis pas sûr d’avoir servi à grand-chose » « je suis un peu orphelin, politiquement, ces temps-ci et en même temps je suis têtu. Et aussi désabusé » à N Polony « Heureusement que je ne vous rencontre pas trop souvent, je me serais suicidé depuis longtemps » 

« Je suis obsédé par le racisme, parce que je suis né dans un milieu raciste, mes parents étaient racistes, et ça m’a fait souffrir quand j’étais gosse, et j’ai réagi contre ça. Ma mère et mon beau-père, qui était un ancien ouvrier qui est devenu patron, et qui croyait en disant « le peuple je connais, j’en viens -genre Madame Morano- Guy Bedos

Guy Bedos On n'est pas couché 13 avril 2013 #ONPC © On n'est pas couché

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.