Comme un dimanche

Le dernier de l’année...

comme-un-dimanche

Il paraît que le président va parler demain, le 31 au soir à 20h, comme tous les présidents, chaque année. Je ne vais ni regarder ni écouter.

Je ne vais pas regarder, parce que Macron est pote avec Sarkozy, et parce que je sais déjà qu’il n’y aura rien à voir et rien à écouter... La dernière fois que M Macron a parlé j’étais devant la télé. J’ai entendu des mots jamais prononcés par un président de la République avant lui. La revalorisation du SMIC de 100 euros avais-je compris, comme d’autres, avant de me rendre compte que ces cents euros ne seront pas pour tous les travailleurs, juste une aumône de plus pour les plus démunis qui le demandent, et beaucoup ne le font même pas. Trahison.

Il avait dit  aussi et sur le coup j’avais trouvé ça bien, « Mon seul souci, c’est vous ; mon seul combat, c'est pour vous. ». Mon œil.

Les mots n’ont pas le même sens pour tout le monde. Ou plutôt, certains disent des mots qu’ils ne pensent pas, que d’autres ont écrit, qui ne les pensaient pas davantage mais qui se sont dit que ça fera bien. Et ça faisait (du) bien, sur le moment. Jusqu’à ce qu’on comprenne que ce n’était, une fois de plus, que du vent.

Alors demain soir il pourra dire tout ce qu’il veut, je n’écouterai pas. Il n’y a rien à attendre d’un président des riches qui profitent et qui a peur du peuple qui travaille dur et fait marcher le pays.

On me dira peut-être que tout le monde et surtout lui, se fiche pas mal que je regarde ou pas. Sans aucun doute, ça n’a pas l’ombre d’un début d’importance. Ce que je sais aussi, depuis toujours, c’est que si moi je ne regarde pas, c’est qu’ils seront plein à faire comme moi. Et ça....

Disturbed - The Sound Of Silence [Official Music Video] © Disturbed

A écouter, dans son salon ou dans sa caisse si on peut, ou avec un casque, à fond... Il n’y a pas si longtemps je préférais l’original. Tout simplement, parce que je ne connaissais pas ça. Bon dimanche...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.