Escroquerie régalienne

Depuis 1974, l'homme au pull-over rouge bénéficie de protection régalienne. Ce secret d'état ruine les institutions et la société.

Je suis la fille de l'homme au pull-over rouge. Il bénéficie de protection régalienne depuis toujours. Ma famille est adepte de l'opus déï et a de bonnes relations avec un ex président. Bien que la justice est tenté d'arrêté mon père, il n'a jamais été interpelé. Sa bonne relation présidentielle a exercé des pressions sur la magistrature, jusqu'à l'anéantissement du système judiciaire. J'en ai été personnellement témoin. Dans l'indifférence générale, la justice est dévastée et demeure impuissante dans plusieurs dossiers criminels pédophiles, comme celui de Jonathan Coulom en 2004. J'ai été internée et placée sous tutelle pour m'empêcher de témoigner. Ainsi, je ne peux plus témoigner alors que les juges savent que je dis la vérité. Mais, au vue de sa fonction et de ses relations trés influentes, il peut abuser de viciations de procédures et courcircuiter les instructions. 

Aujourd'hui, ils vivent libres et intouchables. Ils se permettent même de faire la loi et d'exercer des préssions pour obtenir la complaisance des services publics, naïfs, incrédules pour qui mon témoignages n'est qu'affabulations. Il suffirait de si peu pour prouver ce que je dis, un test ADN par exemple. Mais, ils ont le pouvoir de s'y opposer depuis des années sans qu'on ne puisse rien faire. Les avocats refusent de m'aider sans cette preuve. Un procureur pourrait l'exiger, mais les procédures ne le permettent pas. C'est l'impasse! Je ne trouve aucune issue à ce cercle vicieux et je me sens en danger dans ce pays. D'autant plus qu'ils veulent ma fille et que mon obstination à les dénoncer, pour nous protèger, m'enfonce davantage dans une prétendue pathologie psychiatrique qui m'ai reprochée. Pratique le coup de la folie pour ne pas avoir à faire ce test ADN. Je trouve que des suspects qui refusent d'établir une preuve depuis 15 ans, et qui éxercent des pressions pour discréditer la partie adverse sonne comme un aveu. Et nous ne pouvons rien  faire, trop protégé par l'autorité régalienne qui étouffe ce scandale depuis si longtemps.

Depuis 2018, au TGI de la Roche sur Yon, je refuse de me soumettre à l'autorité régalienne et ne me rends plus aux convocation des magistrats, comme celle du procureur aujourd'hui. Et oui, je ne vais pas aux convocations des magistrats et j'accuse même "refusé" le jugement qui m'est fait. Je refuse de reconnaître une autorité régalienne corrompue à une organisation criminelle pédophile tant que mes parents et leurs complices ne seront pas jugés. C'est la loi. Tant que ces pourris seront en liberté, j'estime n'avoir aucune leçon de moralité et de droit à recevoir du ministère public. Tant qu'aux flics, ils me foutent une paix royale. Bien évidemment, ils ne cautionnenet pas cette escroquerie. La désobéissance civique est devenue un devoir pour forcer Mme La Ministre de la Justice à appliquer la loi de droit commun. Je ne sais pas combien de temps je serais en mesure de tenir tête à l'autorité régalienne. Je suis absoluement toute seule: aucun soutient humain, aucun moyen financier, aucun avocat. Mais j'ai une conscience et des couilles. Tous ont peur et sont endoctrinés à la soumission au droit. Quel paradoxe pour la nation de la révolution! A bon entendeur.....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.