Soutien total aux personnels des centres des impôts de Gwadloup (DRFIP), en lutte

Le Parti de Gauche Gwadloup apporte son total soutien aux personnels de la DRFIP de Guadeloupe, en lutte pour le maintien de la qualité du service public, et pour conserver des conditions de travail décentes.

Le Parti de Gauche Gwadloup apporte son total soutien aux personnels de la DRFIP de Guadeloupe, en lutte pour le maintien de la qualité du service public, et pour conserver des conditions de travail décentes.

 

Guilhem Saltel, le secrétaire départemental du PG 971 s’est déplacé ce lundi 3 juin au matin sur le site de Desmarais, bloqué par les grévistes de l’intersyndicale CGTG-Solidaires-FO. Il tenait à exprimer cette solidarité des militants vraiment à gauche à ceux qui se battent contre les incessantes réductions de personnel et la dégradation générale des conditions de travail.

 

Le Parti de Gauche dénonce dans ce dossier la duplicité des menteurs qui se sont fait élire en promettant le changement. Sarkozy avait commencé la destruction des services régionaux et départementaux de l’Etat en ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Il appelait cela « Réforme de l’Etat » et « Révision Générale  des Politiques Publiques ». Hollande, qui s’était engagé dans sa campagne présidentielle à stopper la RGPP n’a fait que changer de sigle ! Appelant son entreprise de destruction « Modernisation de l’action publique », le gouvernement espère fermer deux emplois sur trois lors des prochains départs en retraite au lieu d’un sur deux ! Ce désastre ne profitera même pas à l’Education Nationale, comme certains l’espéraient, puisqu’on sait que les 12000 postes promis ne seront pas tous ouverts, et que nombre de non titulaires devront encore se contenter de leur sort, faute de postes aux concours. Pire en Guadeloupe, et en  Martinique : nous devrons rendre des postes à Paris, ce qui est vraiment scandaleux quand on connaît les besoins de nos jeunes dans ces départements d’outre mer !

 

Dans ces conditions, ce sont tous les usagers qui pâtissent de cette prétendue réforme. L’Etat se prive de sa capacité à intervenir, laissant les citoyens les plus démunis sans moyens : un service public de qualité, c’est souvent la seule richesse de ceux qui n’ont pas grand chose. De plus, faute de personnels en assez grand nombre, les contrôles se relâchent, ou même ne peuvent plus se réaliser, laissant ainsi le champ libre aux fraudeurs de tout poil.

 

D’autre part, moins de fonctionnaires ne veut pas dire moins de missions pour ceux qui restent au travail, bien au contraire ! Les personnels voient la charge  de chacun augmenter pour compenser les postes non remplacés. Le climat se dégrade dans les services, les tensions, les intimidations, les harcèlements se multiplient, rendant à tous la vie impossible et montant les employés les uns contre les autres.

Ce que vivent, et dénoncent aujourd’hui les personnels de la DRFIP, c’est devenu le lot quotidien des agents de toutes les administrations de l’Etat, soumis aux mêmes traitements. Le plus insupportable est encore que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui, et qui osent mettre en oeuvre de telles pratiques, se réclament sans complexe de la Gauche ! On aimerait, sur le sujet, entendre ministre, députés, sénateurs guadeloupéens ! Mais ils se gardent bien de pointer le nez auprès des personnels en lutte pour leur expliquer qu’ils doivent subir de tels agissements pour sauver la finance qu’Hollande prétendait combattre.

 

Le Parti de Gauche Gwadloup renouvelle son entier soutien aux personnels de la DRFIP et à leurs courageuses organisations syndicales qui prennent l’initiative de ce juste combat.

  

Guilhem Saltel

3 juin 2013                                             

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.