Guillaume Goutte
Correcteur de presse
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2022

Émile Pouget : « Quelques mots sur la CGT »

En août 1907, Émile Pouget, anarchiste et syndicaliste, signait la préface du n° 331 de l’impertinente revue « L’Assiette au beurre ». L’occasion pour lui de revenir sur la jeune CGT, créée quelques années plus tôt, en 1895 : son organisation, son fonctionnement, ses buts. Un résumé, en quelques lignes, du syndicalisme révolutionnaire : indépendance syndicale, fédéralisme ouvrier, action directe.

Guillaume Goutte
Correcteur de presse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Assiette au beurre est une revue satirique, publiée de 1901 à 1912, qui fait la part belle au dessin, et dont la plupart des collaborateurs sont des militants anarchistes, syndicalistes et antimilitaristes. Tous les numéros sont disponibles sur Gallica

CGT !… C’est le Mane, Thecel, Pharès qui fulgure dans le ciel du XXe siècle et apeure digérants et dirigeants. 
Qu’est-ce donc ce « péril » qui menace le capitalisme ? De quoi est-il fait ? Comment fonctionne-t-il ? 
C’est bien simple :
Des ouvriers, voulant résister aux exigences patronales, obtenir de moins mauvaises conditions de travail, s’unissent avec les camarades de leur profession : pour s’unir contre le patron, ils ne se préoccupent pas de savoir s’ils ont mêmes opinions politiques, mêmes vues philosophiques ou religieuses. Ils s’en moquent ! Ils sont unis par un lien plus fort – ils sont de la même classe, ils ont mêmes intérêts. Ils se groupent donc, et c’est le syndicat. 
Puis, ces mêmes ouvriers, constatant qu’ils auraient plus de force si leur syndicat s’associait aux autres syndicats de la ville, constituent avec ceux-ci une union – et c’est la Bourse du travail. 
Outre cette union avec les camarades des autres professions, ces ouvriers reconnaissent la nécessité, pour accroître leur puissance d’action, d’entrer en relations avec les ouvriers d’autres villes et de même profession qu’eux : leur syndicat s’affilie donc avec d’autres syndicats de même espèce – et c’est la fédération corporative. 
Après quoi, les Bourses du travail se fédèrent entre elles, de même les fédération corporatives – et la cohésion de ces groupements constitue l’organisme unificateur de la force et des intérêts ouvriers : la Confédération générale du travail.
Le Comité confédéral, matérialisation de la CGT, est formé par la réunion de délégués nommés par les Bourses du travail et les fédérations corporatives, à raison d’un délégué par chaque. 
Tel est, en ses grandes lignes, l’organisme confédéral : il n’est pas un organisme de direction, mais bien de coordination et d’amplification de l’action révolutionnaire de la classe ouvrière ; il est donc tout le contraire des organismes démocratiques qui par leur centralisation et leur autoritarisme étouffent la vitalité des unités composantes. Dans la CGT, il y a cohésion et non centralisation ; il y a impulsion et non direction. Le fédéralisme est partout : à chaque degré, les organismes divers – l’individu, le syndicat, les Bourses du travail, les fédérations corporatives – sont toutes autonomes. Et c’est ce qui fait la puissance rayonnante de la CGT. 
La philosophie qui se dégage de l’amalgame confédéral est, naturellement, une philosophie de l’action : l’individu apprend qu’il doit faire ses propres affaires, ne compter que sur sa vigueur et sa force (vigueur et force qui s’accroissent par l’association avec ses camarades) pour améliorer son sort et se préparer à jeter bas la société d’oppression et d’exploitation en laquelle il étouffe ; il apprend qu’il n’y a rien à attendre de l’intervention de forces ou de puissances extérieures à lui. Et cela est exprimé par un vocable qui a fait son chemin : action directe !
Or, de l’action directe dérivent tous les moyens d’action qui sont mis en œuvre par la classe ouvrière : la grève, le sabotage, le boycottage, etc., y compris la grève générale – qui symbolise la ruine de la société capitaliste –, ne sont que des modalités de l’action directe.
Le syndicalisme sort donc le travailleur de l’ornière où l’enlisait le démocratisme – qui ne sait qu’apprendre à obéir – ; il proclame que l’action est le sel de la vie… Et c’est pourquoi il déchaîne les colères !

Émile Pouget
Secrétaire de La Voix du peuple, organe officiel de la CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat