Madagascar : l’opposition transformée en usine à fake news contre le développement

Le dynamisme du Président de la République qui multiplie les actions pour développer et réformer son pays ne plait pas aux opposants, le TIM et le HVM, les partis des deux anciens Présidents. Ils ont déployé une machine à fake news de critiques et insultes contre le gouvernement. Seul objectif : faire reculer le pays pour déstabiliser le pouvoir.

Exemple de blog militant : « La Voix du Sud » crée spécialement pour attaquer Rajoelina en février 2019

Le site d'information Mediapart offre une tribune à ses abonnés, un espace de libre expression qui n’engage pas la rédaction du média. Et c’est précisément sur cette tribune que l’opposition a trouvé refuge en créant le blog « La Voix du Sud ».

Créé en février 2019, un mois après la prestation de serment d’Andry Rajoelina, le blog n’a qu’un objectif : attaquer l’actuel Gouvernement et le Président. Brouillons, et sans faits, les articles de « La Voix du Sud » sont délibérément militants, diffamatoires, vulgaires et parfois violents. Ils sont aussi très désinformés et l’on a beaucoup de mal à croire que les rédacteurs soient basés à Madagascar vu les absurdités qu’ils écrivent.

Dans son dernier billet, « La Voix du Sud » accuse le Président de ruiner le pays en donnant faveurs et privilèges aux Indo-pakistanais et aux Chinois. Une ligne d’attaque martelée par l’opposition, qui souhaite véhiculer l’image d’un Président à la merci des étrangers comme l’exprime un autre blogueur militant déjà condamné par la justice, Fleury Rakotomalala. Ce ressortissant malagasy vivant en France diffuse régulièrement des attaques au registre grimois afin de soutenir Marc Ravalomanana et le HVM dans leur tentative de déstabilisation. Nul doute que quiconque s’intéresse à Madagascar, sans même y vivre, pourra se rendre compte que le Président Rajoelina permet à tout le monde d’investir, trouver des marchés. Il encourage les entrepreneurs malagasy d’abord et ne favorise personne, si ce n’est les vrais opérateurs, qui veulent bâtir et se développer dans un esprit « gagnant-gagnant ». Pour cela il revoit notamment certaines concessions qui avaient été très mal négociées par le précédent pouvoir ou qui étaient même le résultat de corruption à peine déguisée.

 Une horde de comptes fake sur Facebook

C’est une véritable armée de faux comptes sur les réseaux sociaux que le TIM a mis en place pour servir de caisse de résonnance aux messages et fausses informations concoctés par ses principaux leaders. Une initiative soutenue par le HVM de Hery Rajaonarimampianina, qui rêve de revenir au pouvoir après sa débâcle à la présidentielle de 2019 (record du monde du plus mauvais score pour un Président sortant).

Les arguments de l’opposition alimentent également quotidiennement les médias de l’ancien président Marc Ravalomanana, actuel dirigeant de la plateforme de l’opposition. Des discours repris en chœur par les militants et leurs comptes fake, notamment dans des groupes Facebook comme « Malagasy Broadcasting System » ou encore « TIAKO I MADAGASIKARA - Tohanako ny Filoha MARC RAVALOMANANA 2018 ».

Le dernier né des faux comptes en date créé par l’opposition est la page « Ny Marina ». Une espèce de page satirique qui insulte quotidiennement et systématiquement le Président Andry Rajoelina et les membres du Gouvernement. Des insultes publiques, vues et lues par tous. Mais jamais de propositions concrètes de développement, de projets constructifs pour Madagascar. Heureusement que la population n’est pas à la merci de ces fausses informations et voit la réalité du terrain et de l’activisme du Président qui porte ses fruits. Les résultats des élections depuis la Présidentielle ont démontré tout le soutien que le Président détient dans son pays.

 

fanambarana-iombonana-illustration-4ce19

Le TIM et le HVM ont ouvertement choisi de se jeter pleinement dans une bataille vulgaire et violente, sur les réseaux sociaux en mobilisant d’importantes ressources humaines spécialisées dans la manipulation d’images. Ainsi, ils se décrédibilisent pour toujours aux yeux de l’opinion après leurs débâcles respectives aux trois dernières élections. Dans la plupart des pays, ces gens seraient en prison. Ils ont bien de la chance que le Président Rajoelina ne s’intéresse pas à eux, plutôt occupé à travailler au développement de son pays.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.