Madagascar : comme un air de victoire pour Rajoelina

Après une campagne d’une rare intensité, l’issue du scrutin présidentiel qui a passionné les Malgaches se joue en ce moment-même, semblant indiquer une large victoire d’Andry Rajoelina.

campagne-ar
C’est le dénouement d’une campagne menée tambour battant à travers le pays, à raison d’une moyenne de cinq meetings quotidiens pendant un mois. Couplée à un programme structuré dans le cadre de son mouvement Initiative Emergence Madagascar (IEM), la grande proximité affichés par le candidat avec ses compatriotes, aux quatre coins du pays, a porté ses fruits : dans toutes les grandes villes, son avance est significative.

Excellents scores dans les grandes villes

D’après TV+, dans les bureaux de vote représentatifs des grandes villes du pays, le choix des Malgaches s’est majoritairement porté sur le candidat numéro 13. A Majunga, dans le Nord-Ouest, il serait ainsi crédité de 51% des voix (contre 40% pour son challenger Marc Ravalomanana et 6% pour Hery Rajaonarimampianina, le président sortant). A Morondava, il obtiendrait 71% des voix (contre 26% et 1% pour ses deux principaux concurrents). A Tamatave, grand port de l’Est, 42% des voix lui seraient acquises (contre 31% pour Marc Ravalomanana et 6% pour Hery Rajaonarimampianina). A Ambatondrazaka, ce score atteindrait 53% (contre 46% et 2%) ; à Diego-Suarez, 79% (contre 14% et 4%). A Ambatondrazaka, Andry Rajoelina serait crédité de 53% des voix (contre 46% et 2%). A Fianarantsoa, 65% (contre 28% et 5%). A Farafangana, 80% (contre 7% et 6%). A Sakaraha, 80% (contre 9% et 6%). A Foulpointe, 70% (contre 23% et 5%). Dans la capitale, le candidat 13 arriverait en tête face au numéro 25 (Marc Ravalomanana). Sur la base des résultats consolidés de 35% des bureaux de vote, 75% des bulletins seraient en faveur d’Andry Rajoelina.

Forte mobilisation dans le calme

Contrairement à la dernière élection présidentielle, en 2013, qui avait été marquée par une forte abstention (près de 40 % au premier tour et de 50% au second), ce scrutin semble avoir mieux mobilisé les foules, bien décidées à donner un nouvel élan à leur pays en matière de sécurité, de corruption et d’emploi. Alors que quelque 10 millions d’électeurs étaient invités aux urnes, la participation était déjà de 40 % à la mi-journée.

Autre motif de satisfaction : la journée s’est déroulée sans incidents notables, déjouant les pronostics les plus pessimistes. Si la proclamation officielle des résultats est prévue le 28 novembre, les Malgaches sauront sans doute qui sera le prochain président dès le 9 novembre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.