Madagascar : retour en force pour Andry Rajoelina

La proclamation officielle des résultats du second tour par la Haute Cour constitutionnelle, le 8 janvier à 15h, consacre la victoire haut la main du candidat n°13 à l’élection présidentielle.

ar-2
Le voilà de retour au pouvoir pour cinq ans, cette fois légitimé par la voie des urnes, avec 55,66 % des suffrages exprimés contre 44,34 % à son adversaire Marc Ravalomanana. L’investiture d’Andry Rajoelina est prévue le 19 janvier au stade de Mahamasina, tradition oblige.

Si la Haute Cour constitutionnelle a confirmé la nette avance du candidat n°13 et les résultats provisoires du 27 décembre, dans l’intervalle, elle a surtout procédé à de nouvelles vérifications et purgé les recours, au terme du délai dont elle disposait à l’issue du second tour du scrutin, le 19 décembre. 

Vaines accusations de fraude

Si les scores respectifs étaient connus, l’information majeure de cette proclamation est qu’aucune des 305 requêtes déposées devant la Haute Cour constitutionnelle n’a été retenue. Parmi les 214 requêtes issues du camp Ravalomanana, l’une visait notamment à annuler le scrutin, une autre demandant l’annulation de votes dans de nombreuses communes, alors que les observateurs étrangers ont affirmé n’avoir observé aucune irrégularité significative lors du scrutin.

Depuis la proclamation des résultats provisoires officiels, le candidat n°25 a organisé cinq manifestations sur l’emblématique place du 13 Mai, malgré l’interdiction des autorités, entraînant des confrontations violentes avec la police… Un baroud d’honneur pour un mauvais perdant se sachant définitivement exclu de la magistrature suprême.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.