Rajoelina accélère l’industrialisation de la filière santé à Madagascar

Avec une capacité de production de 15000 gélules par minute, l’usine Pharmalagasy a été inaugurée le 2 octobre à Madagascar par le Président de la République avec le soutien de l’OMS. A la suite de cette inauguration, le Chef de l’État s’est déplacé dans le sud du pays avec l’annonce d’une série de mesures concrètes pour lutter contre le fléau de la malnutrition.

Pharmalagasy © @Présidence Madagascar Pharmalagasy © @Présidence Madagascar

Le 2 octobre dernier, devant la Représentante locale de l’Organisation Mondiale de la Santé, la nouvelle usine Pharmalagasy a été inaugurée par le Président de la République malgache. Après le lancement du CVO, remède malgache contre le Covid-19, c’est donc une nouvelle étape qui a été franchie avec une usine qui a comme ambition d’assurer l’autonomie de Madagascar sur le plan pharmaceutique, mais aussi d’exporter. 80 emplois sont prévus dont un tiers des salariés déjà embauchés. En plus du CVO, l’usine projette de produire d’ici 3 ans 12 autres types de médicaments non chimiques traitant des maladies chroniques et/ou endémiques comme le diabète, l’asthme, le paludisme…

Répondre au fléau de la malnutrition 

Dans la foulée de cette inauguration, le Président malgache s’est rendu dans le sud de l’île au chevet des populations touchées par la malnutrition. Durant cette tournée, de nombreuses mesures ont été annoncées parmi lesquelles des systèmes d’acheminement de l’eau potable, des centres de réhabilitation nutritionnelle intensive et médicale mais aussi la distribution d’aliments.

Une usine contre la malnutrition bientôt montée

Participant à ce même combat, une usine mobile de produits contre la malnutrition a été annoncée et sera construite à Fort-Dauphin. Cette usine sera développée par l’entreprise française Nutriset, en partenariat avec la Fondation Mérieux et l’Etat malgache. L’objectif de l’usine est de produire 600 tonnes d’aliments par an.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.