Guillaume Pigeard de Gurbert

professeur de philosophie

Sa biographie
http://www.actes-sud.fr/catalogue/philosophie/contre-la-philosophie http://pigeard-de-gurbert.com/ http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/05/05/contre-la-philosophie-de-guillaume-pigeard-de-gurbert_1346835_3260.html http://next.liberation.fr/livres/2010/04/22/la-pensee-stupefaite_622132 http://www.humanite.fr/node/442390 http://www.nonfiction.fr/article-3882-la_philosophie_face_a_son_impense.htm http://www.lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=16&nid=3180
Voir tous
  • TARANTINO ET L'AMERIQUE D'OBAMA

    Par
    THE HATEFUL EIGHT : Sous des airs de faux western, Tarantino filme l’Amérique d’Obama qui annonce celle de Trump.Si The Hateful Eight est un film fordien dans son usage du flashback concurrent (ou simultané : Liberty Valence), sa morale est anti-fordienne : kill the legend.
  • LE COÛT DE LA GAUCHE VELLEITAIRE

    Par
    Faisons crédit de sa bonne foi à Hamon. Sa volonté politique est sincère, sincère mais velléitaire. Or, le bilan de la gauche velléitaire est là : l’aide au développement des pays pauvres aura été moindre sous Hollande que sous Sarkozy. A gauche, l’heure n’est plus aux synthèses, qui sont toujours des accommodements avec l’inadmissible. L’heure est à l’unité.
  • LES PROMESSES D’UNE DROITE MALADROITE, OU LES VERTUS DU LAPSUS

    Par
    En concentrant son discours et son programme sur l’augmentation du temps de travail, il se pourrait que la droite se montre maladroite et avoue ce qu’elle aurait intérêt à taire, à savoir que le travail est l’origine et le fondement de l’économie. Comment un peuple constitué pour l’essentiel de salariés peut-il brader dans les urnes le prix inestimable de son travail ?
  • STAR WARS : NO CINEMA, SAISON 3

    Par
    En presque 40 ans le dénouement n’a pas changé et le fiasco cinématographique est identique.
  • LES ILLUSIONS PERDUES DU REALISME POLITIQUE

    Par
    Le FN depuis 30 ans n’a pas eu besoin de gagner les élections pour imposer son programme. Le diagnostic est donc incontournable : la banalité du pire est notre actualité.