TARANTINO ET L'AMERIQUE D'OBAMA

THE HATEFUL EIGHT : Sous des airs de faux western, Tarantino filme l’Amérique d’Obama qui annonce celle de Trump.Si The Hateful Eight est un film fordien dans son usage du flashback concurrent (ou simultané : Liberty Valence), sa morale est anti-fordienne : kill the legend.

 

Inglorious basterds et Django unchained substituent aux deux tragédies historiques du nazisme et de l’esclavage américain le désir fou de leur annihilation. Hitler en personne est proprement atomisé cependant que la Plantation esclavagiste est anéantie. Le cinéma ne détruit pas seulement l’Histoire, il la réduit à néant. Tarantino prend au mot la définition que Godard prête à André Bazin au début du Mépris, pour la porter à son comble : "le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. »

 

La leçon commune d’Inglorious basterds et de Django unchained est que les systèmes inhumains sont contagieux : l’inhumain ne se combat pas avec les droits de l’homme mais en se rendant soi-même inhumain. C’est déjà la leçon de Melville dans L’armée des ombres. Par là, ces films substituent aux récits héroïques qui refont l’histoire après-coup, le constat froid de la compétition des horreurs. Marquage au couteau contre tatouage, bâtards contre nazis ; fouet et molosse contre carabine et dynamite, esclavagistes contre chasseurs de primes.

 

Inglorious basterds ajoute une interrogation désespérée sur le pouvoir du cinéma :  que pouvait le cinéma contre le nazisme ? Question balayée par le fait de ce qu’a pu faire le cinéma pour le nazisme. Du divertissement hollywoodien à la propagande nazie, la galvanisation des foules est continue. Reste au cinéma pour seule arme, non son art mais sa matière, inflammable.

 

 Les 8 salopards rompt avec ces films historiques en cela que, sous des airs de faux western, Tarantino filme l’Amérique d’Obama qui annonce celle de Trump. Racisme généralisé : des Blancs envers les Noirs et des Noirs envers les Mexicains. Avec ce bilan terrible : seul un Noir porteur d’une lettre du Président Lincoln peut suspendre pour un temps les effets du racisme des Blancs contre lui. Qui est ce Noir improbable, provisoirement protégé par l’aura présidentielle, sinon Obama en personne ? Désormais plus personne n’a de lettre. L’élection de Trump a de toute façon confirmé que cette lettre n’était qu’un faux.

Si The Hateful Eight est un film fordien dans son usage du flashback concurrent (ou simultané : Liberty Valence), sa morale est anti-fordienne : kill the legend.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.