guillaume.bagard
Docteur en droit
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2022

guillaume.bagard
Docteur en droit
Abonné·e de Mediapart

Cristiano Ronaldo et Manchester United : vers un divorce à l'amiable ?

La guerre médiatique menée par CR7 à son club Manchester United illustre parfaitement le rapport de force actuel entre les grands joueurs de football et leurs clubs.

guillaume.bagard
Docteur en droit
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un précédent article, j'avais mis en perspective l'évolution du statut des footballeurs en un peu plus d'un siècle : de l'amateurisme à la professionnalisation et des contrats à vie au contrats à temps, sans oublier l'arrêt Bosman et la mondialisation des transferts. 

Le contrat en or de Cristiano Ronaldo 

La Juventus Turin étant cotée en bourse, les chiffres de son transfert à l'été 2021 sont connus : 15 millions d’euros + 8 millions de bonus, un montant assez faible pour le quintuple ballon d'or, à titre de comparaison le précédent du Réal Madrid à la Juventus s'élevait quant à lui à 105 millions d'euros. En fait le vrai coût du transfert est ailleurs : son salaire s'élève à 31 millions d'euros. 

Ce contrat prévoit une durée de 2 ans (avec 1 an en option pour le club), ainsi en cas de résiliation du contrat pour 6 derniers mois, le club pourrait économiser près de 8 millions d'euros. Sans être négligeable, l'intérêt du club est davantage de mettre un terme à plusieurs mois d'une communication catastrophique, alors que Manchester pointe à la trêve à la 5e place de la première League à 3 points d'une place qualificative en League des Champions.

Vers un licenciement pour faute grave ? 

Comme en France, les licenciements sont rares dans le football anglais. En effet,  il est souvent difficile pour le club de prouver l'existence d'une faute lourde ou grave, de plus, la procédure disciplinaire est très réglementée et il existe une possibilité d’appel auprès de la Football Association. 

Pour rappel, une  faute grave se caractérise par un manquement du salarié à ses obligations envers son employeur, lesquelles sont prévues par son contrat de travail, quant à la faute lourde, cette dernière nécessite une intention de nuire avérée de la part du salarié.

Il faut ajouter que l'intérêt économique d'un club n'est absolument pas de licencier ses joueurs. Tout au plus, les clubs préfèrent leur infliger des sanctions financières. Et si vraiment, l'entraineur du club ou ses dirigeants souhaitent voir un joueur partir, alors ils préfèreront nettement privilégier un transfert. 

Dans le cas de Cristiano Ronaldo, il a d'abord été évoqué comme hypothétique faute, le fait d'avoir manquer 3 semaines d'entrainements lors de la présaison, le joueur avait justifié son absence en invoquant un motif familial et le fait est, il veillait son enfant malade, qui malheureusement est décédé depuis. Il lui a aussi été reproché d'être parti du stade à la 89ème minute d'un match, mais il a déjà été sanctionné financièrement pour cette faute.  

Une conduite rationnelle de l'affaire Cristiano Ronaldo aurait dû inciter le club à choisir l'option d'un transfert au mercato dernier, quitte à brader la valeur du joueur. D'autant plus, que l'entraineur Ten Hag ne semblait pas disposer à le faire jouer. Au cours d'un mercato estival, où de nombreuses divergences se firent jour entre l'entraineur et ses dirigeants, CR7 dût finalement rester à Manchester, lui qui souhaitait à tout prix jouer la Ligue des Champions, une compétition à laquelle Manchester United n'était pas parvenue à se qualifier. 

Les récentes déclarations du joueur pourraient remettre en cause son devoir de loyauté, notamment le passage, où il explique ne pas respecter son entraineur, mais au vu des éléments sortis, Manchester United semble aussi avoir une lourde part de responsabilité et poursuivre ce déballage pourrait détruire la réputation du club, jusque là honorable avec un entraineur légendaire comme Sir Alex Fergusson.

Ou une rupture conventionnelle ? 

C'est pourquoi, les deux partis semblent se diriger vers un règlement amiable. En échange de la résiliation du contrat, le joueur n'exigerait pas les 6 mois restant, de près de 8 millions d'euros. Il est raisonnable de supposer qu'une clause de confidentialité y soit incorporée pour interdire au joueur de critiquer de nouveau le club. 

Si Cristiano Ronaldo pourrait ainsi retrouver sa liberté, il ne pourra pas pour autant disputer la ligue des champions ou la Ligue Europa avec un autre club, car ayant disputé des matchs en Ligue Europa avec Manchester United. Chelsea et l'Atlético Madrid ne semble plus intéressés, mais une excellente prestation en coupe du monde pourrait changer la donne pour le joueur de 37 ans. 

Le mardi 22 novembre, Manchester a fait un communiqué annonçant un accord avec Cristiano Ronaldo pour rompre son contrat.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise