L'EUROPE BAISSE SON PANTALON FACE A L'IMPERIALISME NORD-AMERICAIN

La théorie est la suivante : parlez des problèmes d’autres pays plutôt qu’aborder leur propre problème. Par le passé, aucun autre empire ne pouvait couvrir la totalité du monde. L’éducation de l’impérialisme est une « culture » avec une technique de déculturation pour le reste du monde.

Le conditionnant avec des coutumes, des modes de consommation et des pseudo valeurs de la catégorie la plus basse, inculquant une vulgarité et des schémas sans profondeur, c'est la préférence du néolibéralisme, axé sur la propagation de l'ignorance à travers leurs médias. Aujourd’hui, il n'y a rien pire et plus dangereux que ça pour toute l'humanité. Ce processus s'est intensifié depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais ces dernières années, depuis l'éclatement de l'Union soviétique, il s'est accéléré. La volonté des États-Unis, dont les gouvernement et dirigeants sont des monstres, comme le sont les chefs des multinationales, ont régulé la conduite interne des autorités politiques et d’entreprises, les moulant à leur méthode. Raison pour laquelle, un grand nombre de monstres ont émergé dans des pays moins puissants à travers le monde.

Ce qui domine le monde.

Des gouvernements fantoches qui trahissent leur peuple en appliquant la « stratocratie ». En d'autres termes, le gouvernement ou le régime des monstres. L'humain ou l'humanisme est totalement exclu de ce système économique et financier aux conséquences politiques, sociales et culturelles extrêmement graves. Au cours des trente dernières années, ces gouvernements fantoches ont permis aux États-Unis de faire tout ce qu'ils demandent, ordonnent ou suggèrent. Ces pays vivent pour les États-Unis, pas pour leur patrie ou peuple.

arresto-de-julian-assange

L’arrestation de Julian Assange, pour la seule et unique raison, c'est de dénoncer les États-Unis pour avoir surveillé la population et les médias par toutes dans le monde. Aucun média du capital n'a dénoncé cette situation incroyable et abusive situation, encore moins les journalistes vendus aux monstres.

Voyons quelques exemples

La défense de l'opposant russe "Navalni". Lui a été remise à l'Allemagne, théoriquement pour prouver aux pays fantoches, qu'elle n'était pas empoisonnée. Aucun journaliste ne s'est demandé ; Comment est-il possible que la Fédération de Russie soit si incrédule de livrer un homme empoisonné et de lancer une campagne mondiale contre lui ? Ou qu'ils profitent la CIA, pour l'empoisonne avec une grande campagne à travers les petits monstres.

Maintenant vient le plus incroyable

Lorsque l'Europe baisse son pantalon, elle n'a pas le courage d'accorder l'asile politique à l'ancien employé de la CIA Edward Snowden ou au fondateur du site Web, WikiLeaks, Julian Assange, l'Europe l'a pris sans préservatif et la plupart des médias et ses journalistes "les petits monstres", ont montré avec intégrité et courage la plus haute lâcheté.

Le point culminant de la situation est le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à l'intérieur du consulat saoudien. avec les enquêtes et les preuves fournies à ces "démocraties " sans culotte, qui sont incapables d'avoir leur propre politique et honnête.

b-jamal-khashoggi

Le point culminant de la situation est le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à l'intérieur du consulat saoudien. avec les enquêtes et les preuves fournies à ces « démocraties » sans culotte qui sont incapables d'avoir leur propre politique honnête. Tous ces gouvernements ne veulent pas faire croire qu'ils défendent la démocratie, alors qu'en somme ils ne sont que marionnettes et traîtres au pays qu'ils représentent.

On pourrait dire que cela se produit dans le vieux continent avec ses dirigeants souffrant d'Alzheimer et de Parkinson, élus par les monstres, les banques et les multinationales. Sans vouloir montrer un peu plus les décisions courageuses des dirigeants européens, nous pourrions visiter le continent latino-américain.

Droits de l'homme de l'ONU

Ce serait sûrement une histoire de ne pas souligner que des pays comme Cuba et le Venezuela, leurs peuples sont soumis à un blocus pour le seul fait de vouloir une société de justice sociale. La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, est décernée comme prix à la fleur de la trahison, Michelle Bachelet, apparaît comme titulaire d'un diplôme en médecine, dans toutes les enquêtes qu'ils on fait n'ont jamais été retrouvées où elle a étudié et obtenu son titre, à l'exception des titres militaires décerné par la CIA.

desnuda-b021e2ef845657858f737f6bdc403607-1200x800

Répression brutale au Chili, héritage des putschistes et des traîtres qui ont vendu le pays.

Bachelet a étudié la stratégie militaire pendant un an à l'Académie chilienne des stratégies et politiques. Aussi dans ; « Collège interaméricain de défense » des « États-Unis ». Elle n'a que des études militaires, pas d'études sociales, moins encore d'humanité.

Michelle Bachelet brame pour dénoncer quand son patron lui dit où et quand crier.

Le Parti de concertation avec Bachelet, a conduit un gouvernement pour les monstres. L'humain ou l'humanisme est totalement exclu de ce système économique et financier. Aujourd'hui le Chili avec des conséquences politiques, sociales et culturelles très graves. Il fait face à une répression sauvage d'une police formée depuis la dictature et perfectionnée par les gouvernements de la concertation. Bachelet, a deux reprises, il a dirigé et réprimé les étudiants et le peuple mapuche sur ordre du monstre principal qui lui a offert aujourd'hui un poste honorifique. Ils le paient pour dire du mal du Venezuela, de la Bolivie et d'autres, mais pas du Chili, comme le font les monstres de l'Europe.

L'auto-proclamation du soi-disant président "Guaidó", près de 60 de ces pays européens, ont couru pour reconnaître l'ancien chef de l'Assemblée nationale, comme le "président par intérim" du Venezuela. Quelle forme de prostitution et de défier le droit international des peuples ? Le coup d'État en Bolivie, où le rôle central a été joué par le président de l'OEA Luis Almagro, toujours prêt à baisser son pantalon.

evo-morales-estado-de-sitio-golpe-de-estado-bolivia-reuters

Coup d'État en Bolivie avec le soutien des impérialistes et des monstres européens.

Ce pauvre type court pour remettre en question les résultats des élections du 20 octobre. Indispensable pour accélérer la chute d'Evo Morales le 10 novembre 2019, en présentant un rapport d'audit préparé, pour manipuler le licenciement à l'avance. Le rôle politique de l'OEA, ainsi que le manque d'honnêteté dans son analyse de la fraude alléguée, ont été dénoncés par des organisations et diverses études.

Cependant, l'OEA retourne en Bolivie dirigée par le même monstre que le chef de la mission d'observation électorale, maintenant sans masque et sans préservatif. Le comble de la situation, c'est qu'ils prennent désormais le contrôle de la justice de tous les pays d'Amérique latine, une bande d'escrocs sociaux corrompus qui sont protégés devant l'ONU, avec Michelle Bachelet, à la tête des droits de l'homme.

Les empires ont existé tout au long de l'histoire, depuis le tout début de l'Antiquité, mais l'utilisation du terme « impérialisme » est généralement limitée à la qualification d'expansion européenne qui commence avec l'ère de la découverte (15e siècle) et dure tout au long de l'ère moderne et de l'ère contemporaine jusqu'au processus de décolonisation après la Seconde Guerre mondiale.

Je pense que dans le monde, la plupart de ceux qui gouvernent conviendront qu’aujourd’hui, c’est la pire civilisation qui ait existé de toute l’histoire.

L'Empire d'Alexandre le Grand, est sans aucun doute l'un des généraux les plus célèbres de l'histoire.

L'Empire romain: Après les guerres puniques contre Carthage, l'Empire romain a pris le contrôle de la Méditerranée occidentale, également en Méditerranée orientale.

Empire mongol : Les steppes s'étendent sur plus de 5 000 kilomètres, de la plaine du Danube en Europe de l'Est, en passant par le sud de la Russie et l'Asie centrale, jusqu'à la Mandchourie.

Empire espagnol : Après la découverte de l'Amérique en 1492, l'Espagne a colonisé de vastes étendues de territoire en Amérique latine.

Empire britannique : Le plus grand empire du XIXe siècle est devenu encore plus étendu après la signature du traité de Versailles (1919). Ainsi, les dominions de l'Empire britannique ont augmenté avec les annexions de colonies allemandes comme l'Afrique de l'Est et le jugement de parties de l'Empire ottoman vaincu, comme la Jordanie, la Palestine et l'Irak.

Empire colonial français : Lorsque les Français atteignirent les côtes de l'Amérique du Nord et conquirent une vaste étendue du Canada à la Louisiane, il atteignit son apogée dans une « deuxième ère coloniale».

L'Empire nord-américain né de la terreur. Il est né de la colonisation britannique de l'Amérique, menée par des vagues d'immigrants britanniques qui ont fondé Treize Colonies sur la côte atlantique du sous-continent nord-américain, à l'est des Appalaches, entre les 17e et 18e siècles. Ils ont saisi et volé de grandes portions de terre, massacré, assassiné et presque exterminé les autochtones, Indiens.

Les Anasazi étaient un groupe de tribus amérindiennes de la super-zone culturelle Oasis America.

Ils occupaient, en divers groupes, la surface des états actuels du Colorado, de l'Utah, de l'Arizona et du Nouveau-Mexique. Sa civilisation a laissé des vestiges monumentaux et liturgiques dans différents lieux, dont deux ont été classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Les vestiges archéologiques démontrent une connaissance de la céramique, du tissage et de l'irrigation. De plus, ils ont dessiné des symboles qui n'ont pas été déchiffrés et ont observé les déplacements solaires. À partir des années 1400, les Anasazi se sont réfugiés dans la vallée du Rio Grande et dans le centre de l'Arizona.

L'esclavage aux États-Unis coloniaux :  Viols, tortures, êtres humains sans droits, exploités, éclatés et assassinés sans justice, c'est le pays démocratique que défendent les monstres d'aujourd'hui. Sur les 8 289 786 personnes libres vivant dans les 15 États esclavagistes, 393 967 personnes (4,8%) possédaient des esclaves, faisant du propriétaire moyen une dizaine d'esclaves. La plupart des esclaves appartenaient à leurs propriétaires. Des plantations, qui sont définies par les historiens comme ayant vingt esclaves ou plus. Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes à la peau noire vivaient dans le sud, représentant un tiers de la population de cette région, par comparaison en la région du Nord où les Noirs ne représentaient que 2% de sa population. Le travail des esclaves était un facteur majeur d'accumulation de richesse aux États-Unis.

Guillermo Saavedra

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.