« Des fils à papa » a députés, avec un banquier comme chef. (LREM)

Le conditionnement de la société a été choisie pour nous tous, et repose sur des valeurs économiques au service des Nord Américains et l’OTAN, avec des graves risques de conflits avec des armes nucléaires, l’extermination de l’humanité.

"LREM" Ces jeunes français et "intelligents", protégés par une éducation garantie dans des bons lycées et Universités. Un lieu où les réseaux sociaux du même niveau économique et social se rencontrent. Ces jeunes ils grandissent entre eux, ignorant ce que signifie le dur travail et la faim. Ils ne le voient qu'à la télévision, ils ne savent pas ce qu'est la pauvreté, ni le manque d'argent pour étudier.

e505ea2fa3aee3551f25749de71920e4bbfcdfff

Ces jeunes n'ont jamais manqué l'assiette de nourriture, ils ne savent pas ce que c'est que de ne manger qu'un morceau de pain par jour. Encore moins de devoir choisir entre travailler au lieu de pouvoir étudier, d’avoir des chaussures déchirées bien présentables pour la présence et être bien vus. Surtout quand le père est ouvrier, la mère est "conseillère à domicile", c'est-à-dire qu'elle fait le ménage et toutes sortes de travaux dans une maison, les deux sont exploités en travaillant pour survivre.

Cela les conduit à une vie de petitesse, de souffrance dans la société de consommation de ne pas pouvoir faire profiter leurs enfants, quand la publicité les agresse et les attaque quotidiennement.

Ces mêmes jeunes députés ne savent pas ce que c’est de devoir choisir, soit de manger, soit payer le loyer ou l'électricité.

2018-04-09-cheminots
Les salaires toujours plus misérables des parents les empêchent de rêver de pouvoir étudier, et ils sont obligés de se mettre au travail en regardant avec envie des jeunes qui fréquentent l’université. Dans certains cas, ils s'endettent auprès des banques pour payer leurs études, en vivant de manière très précaire.

Le fils d’ouvriers ils sont jeunes, mais âgés à cause de la violence de la misère, certains sacrifiés n'ont d'autre choix que de s'adapter, de se battre pour survivre. Toujours rêver d'un monde meilleur, afin que leurs enfants ne vivent pas ce qu'ils vivent.

De cette manière, la société avec les médias a créé un monde de misère, qui est devenu normal où les réseaux économiques protégés et leur parrainage sont assurés dès la naissance pour une place dans la société ou cercle économique.

7582080-e57e2d84-1bd5-11e8-b8c3-56ab1608aca9-1-1000x625
Ils ont déjà consolidé leur place à l’université, même un poste de responsabilité offert par consortium de la famille ou le cercle d’amis. Cela leur permet de rêver avec des princes et des rois, et la facilité le conquérir le monde.

Ces jeunes, ils ne savent pas ce que signifie de ne pas pouvoir acheter le livre ou le cahier qu’il vous manque pour continuer les études. Ils ne connaissent pas encore ce qu’est le sacrifice, moins encore ce qu’il signifie, ni ce qu’est le travail pour pouvoir survivre. Ils rêvent de modifier un monde pour eux, celui des jolies filles, les belles voitures, les vacances de ski, le monde que les parents leur ont enseigné.

Visiter des autres pays, le voyage dans l’inconnu, est la chose la plus importante pour eux est d’être toujours avec la même classe sociale. Vivant parmi eux parce qu’ils sont plus intelligents, ils peuvent conseiller les pauvres et les malheureux pour qu’ils apprennent comment économiser. Peut-être qu'un jour ces malheureux pourront être comme eux et devenir des Députés ou des Ministres.

 Ce qui est incroyable et on peut le constater chaque fois, ces jeunes protégés ne connaissent pas l'histoire des travailleurs. Ils ne savent pas ce qui est humain, ni le respect de l'humanité elle-même. Ils vivent dans un autre monde lié à la finance. L’histoire est pleine d’êtres vivants qui se sont battus pour que les êtres humains puissent vivre et profiter de la vie elle-même. Les combats pour obtenir les vacances ou les congés payés, le combat pour la santé et l’égalité pour tous, les innombrables luttes pour la retraite et profiter de la vie.

enlisement-de-la-greve-a-l-hopital-de-saint-nazaire-1218

Des milliers d’hommes et de femmes se sont frayés un chemin contre les fanatiques méprisables et dogmatiques, qui ne pensent qu’à la production et à la compétitivité, à travers la destruction de l’environnement, où la vie humaine est dévalorisée. Ces jeunes protégés ne connaissent pas l'histoire des travailleurs, ils ne savent pas ce qui est humain, ni le respect de l'humanité elle-même. L'histoire est pleine d'êtres vivants qui sont avec les humains pour vivre et profiter de la vie elle-même.

Pour eux, il y a la consommation et l’activité économique avec le productivisme, ce qui est plus important que la vie elle-même. Ils sont en train de détruire le passé et les luttes historiques pour le bien-être social de l'être humain. Ils veulent revenir au passé de l'exploitation, avec l'introduction de lois pour travailler les vacances en acceptant des salaires humiliants.

Ces députés et pauvres imbéciles, ignorants, n'imaginent pas que l'histoire va les juger demain, comme tous ces présidents minables qui ont été au service du capital.

Il y a des hommes qui restent dans l’histoire comme le Général Charles de Gaulle et Jean Moulin, d’autres qui seront jugés par l’histoire et condamnés.

Leurs descendants paieront par inadvertance le tribut de l'ignorance des députés d’aujourd’hui, qui ont ignoré la société et l’humain. Ces messieurs ou jeunes députés n’ont pas l’intention de résoudre les problèmes d’aujourd’hui moins encore du monde, tels que l’extrême pauvreté, la concentrations du capital, l’ignorance, le chômage, la violence sociale, le racisme, la dégradation de l’environnement. Parce qu'ils font partie de cette classe responsable qui a créé tous ces problèmes et qui les a détournés, afin de ne pas assumer leurs responsabilités, ils ne font que présider pour les plus riches.

Guillermo Saavedra

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.