Guy Belloy
Abonné·e de Mediapart

220 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 juil. 2012

Guy Belloy
Abonné·e de Mediapart

Pas de chocolat pour les ministres suédois...

Guy Belloy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« J'ai acheté deux Toblerone, des couches et des cigarettes » admet Mona Sahlin lors d'une conférence de presse restée célèbre. 

A l’heure où le Premier Ministre vient de revendiquer le sérieux et la responsabilité budgétaires, la justice fiscale, et où il appelle à l'effort national, visionner ce reportage de France 2 tourné en 2011 est édifiant.

 On y voit G.Carlssonn, ministre suédoise de la coopération internationale, arpenter très simplement, sans gardes du corps, les rues de la capitale pour rejoindre sa salle de conférence meublée « Ikea ». 

Elle dispose de dix collaborateurs au total quand un simple secrétaire d’Etat en France bénéficie au minimum de 30 personnes. 

Dans ce pays où 1% du PIB est consacré à l’aide internationale (bien plus qu’en France ou d’autres pays d’Europe), on ne badine pas avec l’argent public.

 Les déplacements des ministres qui prennent l’avion se font en classe économique sauf lorsque la durée du vol est supérieure à 3h30 auquel cas, la classe « affaires » est autorisée.

 A l’hôtel une chambre standard est allouée.

Inconcevable de voyager en jet privé ou de dormir dans des palaces comme en France.

La modestie est de mise sinon, au moindre faux pas, les « tabloïds » ne rateront pas leurs cibles. 

Des journalistes, comme Karin Eriksson, sont spécialisés dans le contrôle des notes de frais des ministres, notes qui sont publiques et consultables par n’importe quel citoyen.

 La transparence est totale. Karin vient de consulter la note d’hôtel d’un ministre : 85€ pour la nuit, ce qu’elle juge « raisonnable ». Son travail consiste surtout à vérifier qu’il n’y a pas eu de dépenses personnelles payées par le ministère.

 La facture est salée pour les ministres contrevenants.

 En 1995 Mona Sahlin, Vice-Ministre d'État fut contrainte de retirer sa candidature à la présidence du parti social-démocrate, en raison de « l'affaire Toblerone », le journal du soir Expressen révélant qu’elle avait utilisé en 1990 et 1991, alors qu'elle était ministre du travail, sa carte bancaire professionnelle pour des achats privés, et ce à plusieurs reprises. Le journal révèla qu'elle avait acheté des articles, loué une voiture pour un usage privé, et également retiré certaines sommes d'argent pour un total de 53 174 couronnes (environ 5000 €). 

 Parmi les articles achetés, on y trouvait deux barres chocolatées Toblerone, ce qui a donné le nom à l'affaire. 

Il ne faut dès lors pas s’étonner que la Suède soit le 3è pays le moins corrompu au monde…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte