gygde
Commoniste anticapituliste
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2018

Mélenchon: Discours de Marseille (25/08/2018), passage sur les migrations

Voici le texte du passage du discours de Mélenchon aux AmFis 2018 à Marseille dans lequel il évoque les responsabilités dans les causes des migrations et la position de la FI sur l'accueil des migrants.

gygde
Commoniste anticapituliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vidéo complète: https://www.youtube.com/watch?v=D4fTjODcllU

Le passage retranscrit se déroule entre 59:52 et 68:17


Maintenant, je vais parler d'un sujet qui, paraît-il, est délicat pour nous. Il ne l'est nullement. C'est celui des vagues d'immigration auxquelles nous assistons. Notre position est la suivante. Vous avez le droit de l'interpréter, vous avez le droit de la dénigrer, vous avez le droit de la discuter, mais vous n'avez pas le droit de nous imputer une position qui n'est pas la nôtre. Notre position est la suivante: votre attitude est déraisonnable, parce qu'elle est irraisonnée. Vous comptez sur la peur, vous espérez submerger toute la discussion politique par un sentiment de peur d'une invasion qui n'existe pas.

Oui, il y a des vagues migratoires, oui, elles peuvent poser de nombreux problèmes aux sociétés d'accueil. Elles posent de nombreux problèmes quand certains s'en servent pour faire du profit sur le dos des malheureux. Quand Mme Merkel fait entrer un million de personnes, dit-elle, c'est-à-dire huit cent mille, elle réussit ce tour de force quinze jours après de faire passer le salaire de 1 euro pour les pauvres à 80 centimes. Alors imaginez-vous que les syndicats ouvriers allemands ne sont pas d'accord, et qu'on peut parfaitement comprendre qu'ils ne soient pas d'accord, et on n'a pas le droit de reprocher aux ouvriers allemands de réagir de cette manière. Nous avons toujours réagi de cette manière: si vous lisez Jean Jaurès, si vous lisez tous les penseurs du socialisme, ils ont toujours dit: vous vous servez de l'immigration pour abaisser le coût des salaires, vous vous en servez pour lutter contre les acquis sociaux.

Honte à vous qui nous parlez d'appel d'air! Parce qu'on n'a pas rejeté les gens à la mer, parce qu'on ne les a pas laissés mourir sur place, ça serait un appel d'air? Comment osez-vous parler de cette manière? De quoi parlons nous? De 191 personnes sur une pauvre barcasse, qui a été ramassée par l'Aquarius! Bravo l'Aquarius! Bravo SOS Méditerranée! A bas la cruauté indigne de ceux qui décident contre le droit de la mer le plus permanent depuis des siècles! Il est dit que face à un naufrage, tout navire doit se détourner pour le récupérer, le ramener à la terre la plus proche. C'est le droit de la mer depuis des siècles.

Honte au gouvernement italien, qui avait des raisons de protester contre l'abandon dans lequel l'Europe les a laissés! Nous comprenons parfaitement qu'on a rendu fous de rage les Italiens. Le rejet qu'on peut constater en Italie est directement le résultat de la politique européenne. Ils ont espéré qu'il s'en débrouillent, qu'ils s'en débarrassent, qu'ils ne s'en occupent pas, et que les Italiens s'en débrouillent. Alors maintenant ils ne sont pas contents parce que les Italiens ne sont pas contents, mais les Italiens ont des raisons de ne pas être contents... Mais ça ne doit pas les conduire à inventer cette ignominie de dire qu'un garde-côte, dont c'est le métier et le devoir de récupérer des naufragés, n'est pas autorisé à débarquer sur le sol italien dont il vient! C'est une honte, et nous le disons les yeux dans les yeux à ceux qui ont pris cette décision: vous n'avez pas le droit de vous servir de ces 191 malheureux pour essayer de mener votre bataille avec l'Europe! Faites-le comme nous à la loyale, avec des bulletins de vote, avec des discussions, avec des négociations, mais pas en utilisant les pauvres êtres humains qui sont là comme une monnaie d'échange.

Je le dis donc, il n'y aura pas d'exception pour la France Insoumise. Le devoir de soutien à la détresse, la protection de ceux qui sont dans la misère et le danger est un devoir pour nous quand les gens ont "touché le sol sacré de la terre de la patrie": c'est la révolution de 1789 qui avait dit: "Cette terre est la terre de la liberté". Mais bien sûr, nous ne sommes pas angéliques, nous sommes des gens raisonnables. C'est-à-dire que nous raisonnons, et que les autres gesticulent. Ils nous ont fait une loi "Asile immigration". Je vous invite à écouter les vidéos: vous entendrez les discours de Danièle Obono et d'Ugo Bernalicis, et d'autres camarades sur le sujet. Aucun d'entre nous n'est un doux rêveur qui dirait "Tout le monde n'a qu'à se déplacer". Ce n'est pas vrai, parce que nous savons que ces déplacements-là sont contraints et forcés. Les gens ne partent pas par plaisir, ils partent parce qu'on les a fait partir. Et qui les a fait partir? l'Europe, les Etats-Unis, le capitalisme!

Je vais vous en donner une preuve immédiate: on met plus d'argent pour s'occuper de l'opération Barkhane qu'on en met pour l'aide au développement des pays qui se trouvent dans cette zone. Si vous vous demandez pourquoi les gens partent, ils partent parce que les partenariats économiques que l'Europe a inventés exigent de ces pays qu'ils suppriment les droits de douane, parce que l'argent qu'on verse maintenant, on le verse à des dictateurs à qui on demande une seule chose: de bien vouloir verrouiller leur propre peuple. Et vous finissez par voir des gens monter dans des fourgons de police marqués "Avec l'aide de la communauté européenne", parce qu'on a donné 3 milliards à monsieur le président de la République de Turquie pour bloquer les gens à la frontière à la Syrie, la frontière d'une guerre de laquelle sont directement parties prenantes les nations de l'Europe. Voilà la vérité!

Si vous voulez faire quelque chose d'utile, arrêtez de demander à l'agriculture paysanne africaine de s'intégrer dans le marché mondial c'est-à-dire de détruire les agricultures vivrières pour produire du riz qu'ils ne mangent pas, du blé dont ils n'ont pas besoin, mais qui permettent de figurer dans les statistiques internationales. Si vous voulez faire quelque chose d'utile, arrêtez de faire des contrats de pêche qui permettent aux grandes compagnies européennes, moyennant finances à l'Etat considéré, d'aller ramasser tout ce qu'il y a sur les côtes, si bien que les pêcheurs qui ont vécu depuis des générations du produit de la pêche artisanale ne peuvent plus vivre, et sont obligés de partir en ville, et depuis la ville, de partir vers les pays où on leur dit qu'il y a du travail.

On leur dit "Il y a du travail, et vous serez riche", comme ils l'ont dit à mon arrière-grand-père qui était un homme malheureux du fin fond de l'Andalousie, et qui est parti avec son bourricot, sa femme et ses 2 premiers gosses. Parce qu'on leur a dit "Allez en Algérie, c'est le pays de cocagne", et où ils sont allés travailler comme des animaux, et où ils sont morts aussi pauvres qu'ils étaient en arrivant. Je fais partie de ces Français, un Français sur quatre, qui a un grand-père ou une grand-mère exilé-e. Ayez au moins l'honneur de penser aux vôtres, qui se sont sacrifiés pour que vous soyez là en train de dire des horreurs contre ceux qui vous ont suivis. Si vous voulez faire quelque chose d'utile, aller voir en Afrique, et demandez-vous: pourquoi le lac Tchad a-t-il perdu 90% de sa flotte? est-ce que ça a à voir avec le changement climatique, est-ce que ça a à voir avec les pratiques agricoles que vous avez imposées à ces gens, qui avant n'avaient jamais consommé des quantités d'eau pareilles?

Si vous voulez faire quelque chose d'utile qui empêche les anciens agriculteurs morts de famine, de détresse, d'aller s'enrôler comme mercenaires dans d'invraisemblables bandes armées, qui sous couvert d'islam, terrorisent tout le monde, si vous voulez empêcher ça, permettez-leur de vivre dignement de leur revenu, d'être d'honnêtes paysans, d'être d'honnêtes pêcheurs, d'être d'honnêtes artisans de toutes sortes qui travaillent autour de ces activités. Aidez à remettre de l'eau dans le lac Tchad, parce qu'on sait comment faire, et alors ce sont cinq pays que vous tirez d'affaire.

Alors oui, c'est vrai, quand nous votons dans un "référendum contre M. Macron", nous votons contre toute la politique qu'il approuve et qu'il soutient, lui et le commissaire européen qui s'en va faire le tour des dictateurs, et faire des selfies avec eux, et toute cette bande de sauvages qui sont en train de plonger leurs propres pays dans des abîmes de misère. Voilà ce qu'il faut faire d'utile, et voilà pourquoi quand on va mettre un bulletin de la France Insoumise aux élections européennes, c'est un pied-de-nez qu'on fait à tous ces gens. C'est une manière de leur dire "Dégagez! Allez au diable!"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua