Je veux une vertu qui ne soit point diablesse

Règle N°3 : la vertu sert la victoire. Le gouvernement s’est évertué à vernir son masque de grand défenseur de l’ordre public et à ternir les GJ en l’entachant de tous les extrémismes.


Inspirez…Cette semaine, leçon de « Dao » avec maître Sun Tzu. Le Dao n’est pas une posture de yoga à vous mettre la tête à l’envers mais un concept essentiel de l’art de la guerre qui fait de vous un vainqueur ou un vaincu.

lys
Expirer doucement…Le Dao est au groupe politique ce que la colonne vertébrale est au corps : une structure pour transmettre l’information de se mouvoir dans une direction unique. Plus, le Dao, c’est la vision pour laquelle chacun est prêt à se dépasser, à se transcender voire à donner sa vie.

Le Dao grandit les hommes quand il est synonyme de justice et de morale. Dans l’antiquité, il est la résistance contre Attila pour protéger les récoltes du pillage ; à la Révolution, le combat pour la République et les Droits de l’Homme ; en 1940, la lutte contre le fascisme. Un vrai barbapapa ! En 2018-2019, il est le mouvement des GJ parce que la justice sociale est une noble cause qui insuffle l’envie de s’engager

Par contre, dès qu’il n’est plus engagement mais outil d’endoctrinement, le Dao se vrille comme une scoliose. Ainsi, à la conquête du Nouveau Monde, on tuait au nom de Dieu et en 14-18, au nom de la patrie. A notre époque, c'est Davos qui s'applique à se doter d’une mission comme on se revêt de vertu pour mieux soumettre le monde au diktat néolibéral. La mission qui cache ce qu'on ne saurait voir du forum économique est en toute modestie « d’improving the state of the world », comme il le partage sur la page « impact » de son site internet.

Améliorer l'état du monde : c’est beau cette définition du Progrès. Améliorer l’état du monde c’est presque aussi beau que le Salut du monde. A croire que le Progrès doit commuter avec Dieu dans le cœur des hommes. D’ailleurs, pour quelle autre raison le Président évoquerait-il dans son livre « Révolution » une nouvelle ère comme si l’ère chrétienne s’était éteinte ?

Pour ceux qui préfèrent la disputation à la croyance, pas de raison de se réjouir. Nous voilà mal embringués car la nouvelle brigade des âmes s’avère plutôt intolérante. Pour redresser la situation, il n'hésite pas à user de la police immodéremment pour corseter le Dao des GJ. Les questions du Grand Débat démontrent que la volonté de Davos doit être faite en toute chose. Les adeptes du Progrès vous annoncent qu’on n’arrête pas plus le Progrès aujourd’hui qu’on arrêtait la main de Dieu hier. On doit aussi évoquer leur capacité extravagante à tout contrôler grâce aux puissants moyens technologiques: comme dirait Molière, « je dois dire que tout ce qu'ils contrôlent est fort bien contrôlé́. »

Je suis dans un demi-sommeil et rêve de jouer Tartuffe car enfin c’est chose qui scandalise de voir des inconnus richissimes s'impatroniser grands maîtres du Progrès et entendre les mécréants être traités de passéistes et de réactionnaires. Nous ne pouvons faire fi de ces pauvres hommes si tendres à la tentation de l’argent. Ils ne cessent de courir la fortune par un usage sournois, factieux et hypocrite de la fraternité et de l’égalité. Pour ne prendre que de récents exemples, ils ont proposé de nous sucrer une journée de congé au nom de la solidarité avec nos aînés et notre droit à l’héritage familial au nom de l’égalité. Décidemment, le chemin qu’emprunte le Progrès est pavé de bonnes intentions qui nous mènent droit vers l’Enfer. Voilà comment une noble chose peut être gâtée. 

Maintenant, vous pouvez ouvrir les yeux pour ne pas confondre apparence et vérité́, dévotion et hypocrisie.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.