Vous, Nous, Marine et Macron.

Lors du second tour de l'élection présidentielle, émancipés et en conscience, Nous choisirons, sans Vous.

Le premier tour de l'élection présidentielle a livré une vérité crue sur la France : ce pays cumule violence raciste et capitaliste, ce pays est en quête de suprématisme, des blancs d'un côté, des riches de l'autre, ce pays enfin, se targue de la valeur d'égalité tout en vivant de l'écrasement de l'Autre.

Face à ce dilemme, Nous entendons depuis une semaine vos sirènes d'ambulance pour venir Vous sauver la face en votant Macron ou en s'abstenant par insoumission au service de vos petites transgressions de pacotille.

Déjà, Vous Nous appeliez à la convergence des luttes lors du mouvement Nuit debout. Ou plutôt, un appel à remplir le rang sacrificiel de la première ligne de ce qui était "votre" combat contre une police et une loi travail dont vous mimiez la découverte de la violence, quand travail et police Nous martyrisaient depuis des décennies, dans un silence sourd, malgré Nos cris qui n'étaient pour Vous que des bruits d'ambiance pour Vos discussions. Vous êtes tellemement décevants.

La fureur raciste et capitaliste qui maintenant frappe à Votre porte, Nous la connaissons, Nous la vivons, elle structure notre vie parmi Vous, elle Vous a toujours permis d'en tirer les privilèges qui Vous faisaient détourner le regard de Notre condition.

Nous avont été livrés aux travaux les plus pénibles, quand Notre horizon n'est pas un chômage aux multiples expériences humiliantes.

Nous vivons déjà dans Votre système totalitaire et policier qui nous chasse des écoles, des plages, des restaurants et de la rue, quand il ne Nous tue pas, Vous pouvez en témoigner.

Tous les jours Vous Nous désignez comme les maux de cette société et aujourd'hui Nous devrions Vous soigner.

Cette panique qui Vous prend, Nous la comprenons, Nous la saisissons même mieux que Vous, mais ne Nous donnez aucune consigne, ni dans un sens ni dans l'autre, ne soyez pas les "monstres immoraux" dont James Baldwin parlait à propos des sociétés occidentales.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.