La santé mentale est malade

  Concernant la santé mentale, l’idéal politique de ce gouvernement est de transformer tous les soignants en marionnettes ventriloquées par le discours répressif, les transformer en agents de police.

 

 

Concernant la santé mentale, l’idéal politique de ce gouvernement est de transformer tous les soignants en marionnettes ventriloquées par le discours répressif, les transformer en agents de police. La résistance organisée contre ce projet macabre, résistance qui est un « mouvement minoritaire de masse » (Patrick Chemla), fera le point sur sa réflexion et ses actions le samedi prochain, le 28 novembre, à Montreuil, à la Maison de l’Arbre. Voici un inventaire (très partiel) des enjeux :

 

 

Formation des internes

 

Depuis plusieurs années, la maquette de formation des internes en psychiatrie doit être réformée. Les enseignants universitaires ont produit un document qui consacre le psychiatre dans un rôle de gestion des urgences, du diagnostic et de l’orientation. Ce « chef d’orchestre », délèguera les soins et la psychothérapie aux autres professionnels pour se consacrer à ses activités d’expertise. Toutefois, il devra « quand même » être formé aux techniques psychothérapiques pour pouvoir sereinement « prescrire une psychanalyse » ou d'autres « techniques ». L’approche psychothérapeutique, nécessaire dans ce champ de travail, disparaît donc au profit de « techniques » enseignées dans un éclectisme « d’ouverture ». Ce formatage des futurs professionnels atteint son paroxysme dans les nouveaux items qui consacrent des concepts discutables en vérités scientifiques tels que « la dangerosité », « la valorisation de l’activité en psychiatrie », « la psycho-éducation », etc. On parlera, par exemple, d’« échelles d’évaluation », mais on ne dira pas mot sur les questions éthiques en psychiatrie. Enfin, y a la disparition pure et simple de pans entiers spécifiques à la psychiatrie comme les soins institutionnels, le désaliénisme, le travail de secteur …

 

Formation des infirmiers

 

Depuis des années la condition des infirmiers psychiatriques se dégrade. D’abord leur condition de travail, puis leur statut, puis leur formation. Celle-ci est proprement indigente. Pour avoir une idée de l’étendue du massacre : jusqu’à cette année, l’élève infirmier avait environ trente heures de cours en psychopathologie de l’enfant pour l’ensemble de sa formation.Trente heures seulement ! Eh bien, pour la rentrée prochaine, pour certains, elles seront réduites à vingt heures !

 

Extrait de l’intervention de Serge Klopp, infirmier, au Forum de la Nuit Sécuritaire du « Point de capiton » du 20 novembre 2009 :

 

« Le management par objectif :

Apparemment, personne ne sait de quoi il s’agit, pourtant, il est évoqué dans un article de « Santé Mentale. » d’octobre 2009, sous le titre « de l’ambition pour les cadres hospitaliers ».

Il se met en place au travers de « l’évaluation des prestations des personnels ». Il s’agit d’une évaluation qui va au-delà de ce que prévoient les textes et n’est donc pas encore une obligation légale.

L’objectif annoncé serait de «valoriser» chaque agent en lui demandant de se fixer lui-même des objectifs de travail pour l’année à venir, le supérieur hiérarchique lui en fixant d’autres. Ces objectifs sont inscrits sur une feuille d’évaluation et l’année suivante, l’essentiel de l’entretien consistera à évaluer leur atteinte, avant de fixer de nouveaux objectifs pour l’année à venir.

Cela peut sembler anodin en soi.

Il se trouve que cela porte un nom, cela s’appelle le « management par objectif ». Ce mode de management a été introduit en France notamment par IBM, avant de faire des émules chez Renault, France-Télécom…et maintenant la santé… »

 

 

 

Le sécuritaire

 

 

 

Depuis le discours de NicolasSarkozy en décembre 2008, des moyens ont été mise-en place pour un « plande sécurisation des hôpitaux psychiatriques ». Une enveloppe budgétaire de 70 millions d’euros a été rapidement débloquée pour construire de nouvelles unités pour malades difficiles (UMD), des chambres d’isolement, l’installation de dispositifs de vidéosurveillance ainsi que la mise en place de nouvelles grilles et autres murs. Evidemment, « pour protéger les patients » peut-on nousrétorquer ! Ainsi, à l’UMD de Montfavet, les arbres ont été coupés pour empêcher les fugues, à l’hôpital Sainte Anne à Paris, le pavillon Piera Aulagnier a maintenant deux grilles... Sans compter la difficulté pour les psychiatres à obtenir des sorties d’essai pour leurs patients hospitalisés d’office.

Ce dispositif de contrôle et de gestion des patients psychiatriques doit voir la loi des hospitalisations sans consentement (loi de 1990) se réformer. Les soins sans consentement en ambulatoire sont discutés pour que sécurité ne rime définitivement plus avec liberté. Le débat sur la castration chimique, voire physique, est la prémisse au durcissement des contraintes appliquées aux citoyens médiatisés dans les faits divers.

 

 

 

Et la psychanalyse dans tout ça ?

 

La psychanalyse est une pratique du politique. Rappelons que Freud, en postulant que l’inconscient était constitué par les représentations refoulées de la sexualité infantile, a fait scandale dans l’institution de la culture. La sexualité infantile, le transfert, la continuité entre le normal et le pathologique et la dimension de contre-culture constituent, ensemble, le tranchant de la psychanalyse. Il est vrai que, partant de France, un certain usage de la théorie du signifiant, a éloigné les psychanalystes du corps, puis des affects, puis de l’actualité, puis de la clinique. Et ils ont déserté le politique et le champ privilégié de la pratique politique de la psychanalyse : le travail avec les fous. Ayant déserté les hôpitaux psychiatriques, nous sommes indirectement responsables ( quand nous ne sommes pas activement complices) du désastre actuel. Mais il y a ceux qui sont restés fidèles au scandale de la découverte freudienne, par exemple, ceux qui ont inventé la pratique nommée Psychothérapie Institutionnelle : François Tosquelles, Jean Oury, Lucien Bonafé – qui ont fait de la psychiatrie française le référent pour tous ceux qui pensaient et pensent le travail à l’intérieur des établissements de soins. De la fin de la guerre aux débuts des années 80, la psychiatrie française était la meilleure au monde. Les premiers héritiers de cette passion d’une recherche théorique qui allie la clinique de l’inconscient avec la politique de la psychanalyse dans le champ de la culture, sont toujours au travail. Citons, parmi d’autres, le travail de secteur de Patrick Chemla à Reims, la clinique d’Hervé Bokobza, à Montpellier. Et les jeunes, plein d’enthousiasme, arrivent : Mathieu Bellahsen, président de l’association nationale des internes en psychiatrie, Loriane Brunessaux, présidente d’UTOPSY, Elie Winter, Appel des 39.

 

Donc à samedi, à Montreuil.

 

Voici la convocation à cette journée d’échanges :

 

"Contre La Nuit Sécuritaire - Appel des 39"

La psychiatrie se verrait-elle expropriée de sa fonction soignante, pour redevenir la gardienne de l'ordre social ?

Nous, citoyens, professionnels du soin, du travail social, refusons de servir de caution à cette dérive idéologique de notre société.

 

 

 

A VENIR:

DE NOUVEAU A MONTREUIL

 

JOURNEE NATIONALE

APPEL DES 39-CONTRE LA NUIT SECURITAIRE

 

le 28 novembre 2009

à La Maison de l'Arbre

9 rue François Debergue 93100 Montreuil

 

RETENEZ LA DATE

DE NOUVELLES INFORMATIONS TRES BIENTOT

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.