Hélène de Troyes
Citoyen.ne démocrate républicain.e engagé.e pour le monde d'Après....
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2022

Qui ne dit mot, consent !

Suite au visionnage des témoignages sur les agissements de PPDA, ce dicton me revient en flashback et je le relis ce célèbre dicton .... d'une autre façon ....

Hélène de Troyes
Citoyen.ne démocrate républicain.e engagé.e pour le monde d'Après....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui ne dit mot, consent ! Mais ne serait-ce pas le dicton.... du viol?

Après "quand elle disent non, il faut les forcer parce qu'elles n'osent pas dire oui ou " Non, c'est un oui qui ne dit pas son nom".

Qui a lancé le "non, c'est non." pour recadrer les esprits et les dérapages si pratiques.

Le "qui ne dit mot (maux) consent!" est l'incarnation de l'outrepassement de l'état de sidération ou l'art de gérer les corps comme des poupées gonflables si silencieuses. D'après le Larousse, la sidération est l'anéantissement subit des forces vitales, se traduisant par un arrêt de la respiration et un état de mort apparente. CQFD. On a bien affaire à une gestion d'autrui tel des corps inanimés, sans âme, d'ailleurs PPDA ne se souvient même pas de ces personnes dans la plupart des cas : renversant!

Dans la réthorique, ce dicton sèche les personnes qui ne sont pas promptes à la répartie, qui ont besoin de recul, d'un temps de réflexion, pour favoriser les personnes à l'entregent facile, culottées, frondeuses, qui bousculent leur entourage par leur leadership si avenant.

Avec le qui ne dit mot consent ! la personne active a le droit d'agir et de prendre la décision et donc l'ascendant sur la personne qui s'efface. C'est cohérent avec la culture de la dominance qui justifie tous les abus de pouvoir dont le viol des dominés par les dominants. C'est presque une absolution !

Ce dicton doit donc être analysé, recontextualisé à la lumière de metoo, maintenant que le phénomène de sidération est reconnu. Ce dicton qui arrange tellement "les cons, qui osent tous, c'est à ça qu'on les reconnait" dit un autre dicton.

Un travail sur ce dicton ne peut-il aider les personnes à lever la sidération. Car à la lumière des témoignages, on voit bien que le fait de ne pas basculer en sidération est la première sortie de secours de ces situations glauques que toutes ont connues. On a toutes été coincées contre un mur, embrassé de force, eu des mains au cul, dans le dos, entre les cuisses, suivies dans la rue, .... ... ou le pied dans la porte à l'hôtel....ou des petites phrases salaces glissés à l'oreille le temps de la bise. Merci au covid, d'avoir lever cette pratique abusive sur l'intimité des femmes. Ral le bol de devoir faire la bise à tous et n'importe qui, y compris, les pervers, les libidineux. Mais on a pas toutes été violées....

Situations glauques, où il faut avoir l'énergie, la colère de repousser, de raisonner l'individu qui dérappe en face de toi. La plus part du temps, une réaction de sain rejet, avec un ton ferme, ulcéré, même excédé suffit à calmer les ardeurs de la plus part des oseurs. Après il y a les fous, les colériques, les malades, là c'est une question de malchance. A-t-on des stats sur ces cas, dans combien de cas où la victime s'est défendu, a-t-elle quand même était violée? Quel est le risque que le viol soit encore plus sordide? Ne pas être violée, relève-t-il de la chance, du caractère?

Ces témoignages interpélent la maman que je suis :

Comment élever nos filles pour qu'elles ne tombent pas en sidération?

Surement pas en exigeant d'elles, d'être de gentilles filles, bien obéissantes, qui rèvent au prince charmant!

Mais des filles fières, rebelles, libres... qui osent être elles-même, qui font face au danger? Leçon du petit chaperon rouge, combien l'ont décodé ainsi?

Quel pourrait être l'équivalent du "non, c'est non", pour bloquer le "qui ne dit mot, consent!"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo