Hélène Elouard
Féministe, rédactrice Droit social à MTE, Autrice, Peintresse, comédienne, metteuse en scène...et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2018

Hélène Elouard
Féministe, rédactrice Droit social à MTE, Autrice, Peintresse, comédienne, metteuse en scène...et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

Lettre ouverte à M. Le Ministre de l’Education Nationale

Les AESH du Collectif AESH National de la CGT Educ'Action écrivent une lettre au Ministre de l’Éducation Nationale. Une réponse à la phrase" tout professeur doit se sentir protégé". Qu'en est-il des AESH , M. le Ministre ?

Hélène Elouard
Féministe, rédactrice Droit social à MTE, Autrice, Peintresse, comédienne, metteuse en scène...et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lettre ouverte à M. Le Ministre de l’Education Nationale

 M. Le Ministre,

Vous avez récemment déclaré à la suite d’un évènement tragique que « tout professeur doit se sentir protégé ». Nous, AESH, Membres du Collectif AESH National de la CGT Educ’Action, nous nous interrogeons sur la protection que nous offre l’Education Nationale dans notre mission et notre quotidien.

Protection « sécuritaire » où, au vu des horaires que nous pratiquons, nous ne pouvons pas prétendre à des heures d’échange avec nos collègues AESH ou enseignant·es de nos établissements pendant nos heures salariées, à des heures de régulation pourtant indispensables et légales face à des situations lourdes et contraignantes.

Protection institutionnelle face à une institution corporatiste, institution qui favorise des conditions d’isolement telles que nombre d’AESH, lorsqu’elles ou ils ne font pas d’épisodes dépressifs, renoncent à ce métier tant apprécié.

Protection sociale dans une institution où la gestion des ressources humaines date du néolithique avec un système écrasant où nombre d’enseignant·es ou de personnel·les administratif·ves profitent de la précarité des AESH pour exercer un pouvoir hiérarchique pourtant obsolète, à caractère oppressant voire menaçant, oubliant que les AESH sont des collègues et non des subalternes.

Protection sociale encore où nombre d’AESH ne sont pas informé·es de leurs droits les plus élémentaires, n’étant pratiquement jamais inclus·es dans les listings des établissements ni convié·es aux réunions, conseils de classe, conseils d’école, même encore trop souvent exclu·es des ESS où leur présence est indispensable !...

Protection salariale enfin où, depuis septembre 2018, conséquence du décret 2017-1889, nombre d’AESH ont perdu l’indemnité compensatrice de la CSG !

Dans des situations où les salaires, issus de contrats précaires, sont misérables pour un travail indispensable, relevant de compétences précises avec des responsabilités notoires, nous, AESH, nous nous permettons cette analogie pour vous alerter sur notre situation qui ne cesse d’empirer : mutualisation excessive des contrats qui ne nous permettent plus de mener notre mission avec professionnalisme, perte de salaire, etc.

Jusqu’à cette proposition de périscolaire où, faute de nous accorder des formations spécifiques sur le handicap, faute d’inclure nos heures de préparation et d’échanges dans nos heures salariées, vous osez nous présenter - sous le prétexte de bénéficier d’un SMIC à temps plein - une nouvelle mission qui ne relève ni de nos fonctions ni de nos compétences !

M. Le Ministre, à nos demandes de professionnalisation de notre mission, de titularisation de nos statuts, de formations initiales et qualifiantes, vous répondez quantitatif, compensation du handicap mais jamais qualitatif ni prise en compte du dysfonctionnement que, pourtant, nous ne cessons de dénoncer

M. le Ministre, il est temps de nous protéger, de nous écouter, de nous recevoir et d’examiner avec attention nos revendications pour ne plus nous considérer comme le personnel invisible et « fourre-tout » de l’Éducation Nationale !

Les AESH du Collectif AESH National de la CGT Educ’Action

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame