Sur la présence des sages parmi nous

Depuis des millénaires il existe, à la marge, une dimension proprement extra-ordinaire (mais pourtant bien hyper-réelle) dans l’expérience humaine. Non seulement Bouddha, Socrate, Jésus, Maître Eckhart, et des milliers d’autres êtres qu’on a dit « éveillés » en ont témoigné.

Mais aujourd’hui il y en a toujours, vivant parmi nous. Exemples les plus connus : le Dalaï Lama, ou Mata Amritanandamayi Devi (dite Amma), mais même des humains actuels « comme vous et moi » connaissent cette grâce d’avoir un jour dépassé leur égo limité pour accéder à une connaissance qui, pour nous autres, est supra-humaine.

Ils ont rejoint la conscience illimitée, vivant « l'expérience de la conscience pure, notre nature véritable, se révélant comme bonheur absolu, amour et beauté. (La conscience est définie comme ce qui perçoit ces mots-mêmes ici et maintenant.) C’est l’expérience de la non-dualité, l'état-sans-égo ("egoless state") dans laquelle il n'y a pas de séparation entre un sujet et un objet, entre un <<moi>> et le reste de l’univers » (Francis Lucille).

Cela pourrait presque prêter à rire, ou justifier qu’on envoie ces personnes dans un asile de fous, mais quiconque a l’honnêteté de regarder en face ces éveillés, qui sont des phénomènes tout à fait observables, ne peut qu’être convaincu par leur authentique réalisation.

Cette dimension de dépassement de l’état ordinaire humain est de plus en plus répandue, et reconnue, car « Là ou croît le péril, croît aussi se qui sauve » (Friedrich Hölderlin).

Il est encore malvenu d’en parler dans les milieux autorisés - ceux qui « s’autorisent à penser », comme disait Coluche… et nous amènent tout droit à la catastrophe - mais une vague grandit, c’est certain.

Venant grossir les rangs des initiés d’anciennes traditions authentiques (boudhisme zen, hindouisme, shivaïsme, soufis, chrétiens, etc.), des humains de plus en plus nombreux, hommes et femmes, et de plus en plus jeunes, sont littéralement foudroyés par l'amour. L’éclosion de tels êtres, de nos jours, est médiatisée sur les réseaux sociaux et les plateformes de partage de vidéos.

Celui qui ne veut pas les voir, moi je sais bien ce qu’il a dans les yeux (pour celles et ceux qui voudraient avoir une idée plus précise de ce que sont ces êtres fascinants, m’écrire, et je vous enverrai une liste : helene.nivoix@laposte.net - A noter : je précise que cela n’a absolument rien à voir ni avec la religion, ni avec toutes les croyances possibles et imaginables, ce n’est que du réel tangible et incarné).

En quoi ce phénomène peut-il aider l’humanité à lutter contre ses démons, et lui permettre peut-être de devenir plus vertueuse ?

Tout simplement parce qu’il met le doigt exactement là où le capitalisme est totalement démuni et inexistant : sur les notions de non-séparation, d’empathie, de désintéressement, d’amour, de conscience, d’harmonie, de partage, de paix, de liberté, de joie profonde et non-conditionnelle. 

Je ne parle pas, évidemment, d’enrôler les sages dans nos luttes pour nous prêter main-forte, ils nous rigoleraient au nez à juste titre.

Bien sûr qu’ils sont concernés et intéressés, il n’y a pas plus ouverts par définition, puisque… « Le sage a pour corps l’univers entier » (je ne sais plus de qui est cette citation, peut-être de Swami Prajnanpad). Mais outre ce soutien moral et parfois actif, ils agissent – je dirais « surtout » – tout différemment de nous, de manière subtile et souterraine, qui nous échappe. Car je crois qu’ils n’ont pas du tout la même relation que nous à l’espace et au temps. On pourrait peut-être parler de vibrations, mais je m’avance…

Je vois simplement que l’humanité, quoi qu’on en pense et malgré ses vieux démons, est mûre pour une autre dimension/un autre paradigme où elle comprendra, dans un dernier sursaut, qu’elle vaut mieux que le barbare capitalisme sauvage.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.