Union: Réalisable ou Irréalisable! (Gilets Jaunes et la révolution iranienne de 1979)

Assurément de nombreux intellectuels français se souviennent encore de la révolution iranienne? Une révolution soutenue par certains éminents intellectuels français. La révolution iranienne est le fruit d’une union, d’une union maléfique!

 Union: Réalisable ou Irréalisable! (Gilets Jaunes et la révolution iranienne de 1979)

  • Première partie
    705717-586

Assurément de nombreux intellectuels français se souviennent encore de la révolution iranienne? Une révolution soutenue par certains éminents intellectuels français. L'ayatollah Khomeiny est revenu en Iran après avoir séjourné à Neauphle le Château. Le souvenir de sa descente, à l'aéroport de Téhéran, assistée par le co-pilote de l'avion d'air France affrété par l'État français est resté dans les mémoires. Mais dans la situation actuelle, quel est le besoin de parler de la révolution en Iran.1

La révolution iranienne est le fruit d’une union, d’une union maléfique!

En somme, trois groupes ont joué un rôle majeur dans la révolution iranienne. Les trois principaux groupes de la révolution iranienne ont joué un rôle majeur: tout d’abord différents groupes de gauche, ensuite les groupes islamiques, et enfin les groupes nationalistes.

D'emblée il est clair qu'il n'y a aucune similitude entre ces groupes intrinsèquement discordants par nature. Mais comment ces groupes se sont unifiés autour d'un axe commun, opposé au Shah d'Iran? Le « Shah » d’Iran était un symbole de ce que les gens ne voulaient plus, des conditions qui les ont rebutés. Mais pour chacun des groupes, ce symbole unique avait une signification et une fonction différente. Comme «Macron » qui, pour le peuple français, est aujourd'hui un symbole. Les Français savent ce qu’ils détestent: Macron. Donc, en se concentrant sur ce symbole, il est possible d’atteindre à un grand NON. Maintenant, certains groupes essaient d'unifier des personnes autour de cet axe. Mais ce qui est négligé ici, c’est OUI, oui à quoi ? Les gens ne sont pas unifiés sur ce sujet. L’union autour d’un grand NON est très efficace et actif. Mais elle s'est construite sur un grand mensonge. Grand NON alimente la rage des peuples qui sont prêts à manifester et à extérioriser leur colère contre le statu quo. Donc, en utilisant de grands NON, les mouvements sociaux peuvent avancer. Mais le temps de l'échec viendra lorsqu'il n'y aura pas un unique OUI même une unique méthode pour le réaliser, les idées sont très différentes pour l'avenir.

Je reviens à l'histoire de la révolution iranienne. Avant la révolution, la répression des militants politiques en Iran a été l'un des facteurs qui les a rapprochés autour d’une colère commune, alors qu'ils vivaient une situation presque similaire. (Bien que dans les prisons, les conditions des prisonniers de gauche étaient plus difficiles que celles des deux autres.) Lorsque le mouvement s'est généralisé parmi la population, les groupes politiques craignaient que s'ils n'arrivent pas à s’unir, la population se fatigue, vide les rues et ils perdent l'appui de la population. Peut-être peut-on dire que le fléau de tout mouvement est une tentative de le maintenir à tout prix, avec l'impression qu'il y a une chance de parvenir à un accord après la victoire, lorsque le grand NON unit les peuples, l’avancement populaire s'accélère et est puissant, accompagné de beaucoup de force. Le système tente donc de les décevoir de différentes manières. Donc le système tente de les dissocier de différentes manières et les faire revenir à travers des promesses à leurs maisons, de montrer que tout est sécurisé. ‏Grand NON est un stimulant, mais pas en tant que leader. Mais pour poursuivre un grand OUI. Il doit prendre les devants. En Iran, toutes les forces en ont conclu qu’elles avaient confié cette direction à l’Ayatollah Khomeiny, qui estimait que son image religieuse n’était pas impliquée dans la politique. Il a le pouvoir d'unir les peuples, de changer le système et après la victoire, il ne sera plus un parti au pouvoir en tant qu'homme religieux. C'est une imagination qui a induit en erreur même les groupes de gauche en Iran et on le sait certains intellectuels français. Donc, grand NON et grand OUI ont été mis ensemble et la révolution iranienne a finalement remporté la victoire.

Après les événements qui ont suivi la révolution, notamment l'occupation de l'ambassade américaine par certains groupes révolutionnaires et le soutien de l'ayatollah Khomeiny à cet acte, tous les gouvernements occidentaux se sont alignés contre l'Iran. Au point où ils ont soutenu le régime de Saddam dans la guerre entre l'Iran et l'Irak en vendant des armes et même des bombes chimiques. (Un sujet qu'ils ont toujours nié). Mais au milieu de ces conflits, il n’a pas été question de l’exécution massive de prisonniers de gauche en Iran. Un problème qui a été gardé presque à l'ombre pendant des années. C'est un mensonge clair, que le monde n'était pas au courant de ce qui se passait en Iran à cette époque. Ce silence a été rompu de nombreuses années plus tard dans le conflit entre l'Iran et l'Occident, et le meurtre des prisonniers de gauche était soudainement important pour faire pression sur l'Iran.

Ce qui est appelé la République islamique ne se serait pas formée si les forces de gauche savaient que le parti adverse, notamment les forces religieuses et de droite, bénéficiaient déjà du soutien secret d’autres puissances. La magnificence et l’autonomie de l’ayatollah Khomeyni, ainsi que le caractère sacré de son pouvoir lui permettant d’assumer le rôle de chef puissant, font partie de cette scène. Lorsqu'un système n'a plus la capacité de survivre dans la situation actuelle, généralement, la voie s’ouvre à la meilleure alternative dans la majorité des opposants. Un groupe capable de maintenir une unité entre les forces et d’équilibrer des points de vue complètement opposés.

L'une des caractéristiques du discours religieux est l'application qui peut être utilisée à ce moment-là. Il entoure les peuples d'un halo de sainteté, grâce à un discours pacifique et philanthropique qui traite de l'amour et de la liberté pour tous les êtres humains; Nouveaux et différents discours religieux. Ils jouent bien le rôle d’éliminatoire du discours de gauche. En Iran, compte tenu de la position géographique et temporelle de l'époque, un discours religieux, associé des idées pacifiques et libertaires qui pourraient attirer les gens à bien fonctionner, en se dévoilant finalement dans un discours religieux.

photo-2019-02-21-22-36-24

De retour en France, il est évident que Macron est un symbole grand NON. Lorsque le grand NON est formé, le système se sent en danger. Mais ce symbole a des significations différentes pour chaque groupe. Le mouvement des Gilets Jaunes a surpris tout le monde. Beaucoup d’entre eux disent que nous ne sommes pas des politiques, alors que "je ne suis pas un homme politique" soit une des phrases les plus politiques. Ce sont des gens de différentes classes avec des exigences différentes, allant de l'extrême droite à l'extrême gauche.

Apparemment, cette passion initiale est en train de rétrécir, des groupes et des individus, à la fois pour la légitimer et pour la préserver de différentes manières, tentent de créer un grand OUI afin de diriger le mouvement non-dirigeant. Le grand OUI peut être un concept abstrait, comme je l’ai entendu à plusieurs rassemblements ces jours-ci. Cependant, en suivant ce processus et, à long terme, des concepts abstraits, éventuellement, accordent leur place à des individus particuliers. Quoi qu'il en soit, ce qui est attendu, la tentative de légitimer le mouvement pour le maintenir et créer une sorte d'unité. Celle-ci caste, chaque mouvement, initialement créatif, puissant, et capable de créer ses propres rituels et méthodes. Cela en fait un mouvement passif. Devenir structuré assumera toute l'identité du mouvement pour gagner sa légitimité.

Bien que les conditions de l'Iran et de la France soient différentes sous de nombreuses perspectives, il semble dans de telles circonstances que l’union peut être réalisable mais pas véritable. L’union avec des groupes de droite, qui en avance ont une sorte de légitimité cachée, leur donne en fait le royaume. Cela pourrait conduire à l’émergence d’une autre extrême droite. Les groupes de gauche et de droite modérés qui imaginent qu'en poursuivant le processus de symbolisation du mouvement et en faisant de l'apolitique, il peut l'aider à survivre, cela ne fait que conduire le mouvement à la passivité, parce que, comme leur consensus n'est pas vrai sur le rapport du grand NON, ils ne vont même pas s'approcher d'un OUI. Ils n'ouvrent qu'un moyen de supprimer davantage leurs relations politiques / sociales.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.