Covid-19: Racisme anti-asiatique chez les blogueurs émiratis

Tariq Almehyas fait partie de ces blogueurs extrêmement suivis aux Émirats-arabes-Unis et dans le monde arabe. Le problème est qu’aucun blogueur à Abu Dhabi n’a de liberté de parole donc lorsque l’un d’eux s’exprime, c’est la voix officielle qui est à coups sûr derrière.

Sa chaîne Youtube, qui regroupe 245 000 abonnés, avec en arrière-plan sur la page d’accueil Mohamed Ben Zayed ne fait déjà aucun doute. (YouTubePire : ce dernier dans une vidéo récente expliquait, et ce dans le contexte de la pandémie de nouveau Coronavirus, que jamais les Émirats arabes unis ne traiteraient les travailleurs étrangers (notamment pakistanais, bengalis, népalai) de la même manière que les Émiratis d’une part, mais que leur seront toujours supérieurs les Égyptiens par exemple. Entendons de manière générale tous les Arabes qu’ils considère comme supérieurs. (Extrait de la vidéo partagée par un twittos qui veut dénoncé les faits.)

Tariq Almehyas Tariq Almehyas
Le risque évidemment en cette période accrue de crise et de tensions mondiale est de voir le racisme ressurgir avec encore plus de véhémence. C’est un fait avéré et de nombreuses campagnes internationales ont déjà été lancées contre ce racisme anti-asiatique comme en France avec SOS Racisme ou la société américaine Admerasia qui vise à recenser l’ensemble des campagnes discriminatoires à leur égard .

A Abu Dhabi, ce qui se passe avec un certain nombre de blogueurs est symptomatique du courant actuel qui monte sur les réseaux sociaux : le racisme anti-asiatique prends dramatiquement de plus en plus d’importance. Le coronavirus est de la faute des Chinois et la propagation des clichés nous guette. Quant aux pays pauvres de l’Asie, ils ne sont que des facteurs accélérateurs.

Or, cela est plutôt mal venu tant les sociétés du Golfe sont des sociétés de forte immigration justement indienne et asiatique alors que les Émiratis ne représentent que 10% de la population totale du pays. Originaires du Pakistan, d’Inde, du Népal, du Bangladesh, les asiatiques d’extrême-orient (Philippins, indonésiens) sont aussi de plus en plus nombreux à immigrer à Abu Dhabi. Leur traitement dramatique aux EAU faisait déjà l’objet en 2014 de nombreuses alertes, dont celles d’Human Rights Watch.

Il serait donc mal venu de la part de ces blogueurs comme Tarik Almehyas et le pouvoir de diffuser la haine, de se couper l’herbe sous le pied et de ne pas s’inscrire dans la dynamique collective d’enrayement de l’épidémie en soutenant non seulement leur propre population d’expatriés présents sur les grands chantiers émiratis, notamment à l’approche de l’exposition universelle Dubaï 2020 (qui sera peut-être Dubaï 2021) mais également développer la coopération avec les grandes puissances qui tirent leur épingle du jeu actuellement de la pandémie : justement les pays asiatiques.

 Henri Fourcadis

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.