Congo-Brazzaville / Une réélection pleine d'espoirs pour le peuple

Denis Sassou Nguesso, après avoir reçu le soutien de son peuple, a été investi de la fonction de Président de la République du Congo ce samedi 16 avril. La ferveur populaire était au rendez-vous.

Dès le premier tour de l'élection présidentielle, le président sortant Denis Sassou Nguesso, a été réélu à la tête de la République du Congo avec 60,19% des suffrages. L'investiture s'est tenue au Palais des Congrès situé au cœur de Brazzaville, la capitale politique du pays.

Denis Sassou Nguesso Denis Sassou Nguesso

De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement étaient présents pour cet événement très attendu par la population qui se réjouit que "La marche vers le développement", programme de Denis Sassou Nguesso, puisse être mis en application et ainsi continuer et accentuer la politique de développement qu'il a initiée et mise en œuvre depuis plusieurs années dans le pays.

Le nouveau président, élu pour 5 ans, a présenté dans son discours d'investiture les grandes lignes de ses actions à venir. Il a aussi juré de respecter et faire respecter la nouvelle constitution adoptée le 25 octobre dernier qui vise à favoriser les réformes.

"...Vous m’avez réélu aussi pour que nous accomplissions les réformes nécessaires à la transformation du Congo. Les réformes susceptibles d’accélérer notre course au développement.

La réforme préalable à toutes est celle des institutions, donc de l’Etat. Parce que l’Etat est le régulateur de la communauté nationale, le ferment des mutations intellectuelles et des évolutions morales qui s’y produisent. L’Etat est l’expression de la République. Il assure l’existence de la nation. Réformer l’Etat c’est réformer le corps de la République et l’âme de la nation..." (Un extrait du discours du président Denis Sassou Nguesso, lors de son investiture le 16 avril à Brazzaville.)

Le président a aussi rappelé avoir entendu les préoccupations de ses compatriotes et entend leurs donner acte. Parmi celles-ci on retrouve par exemple : la création de plus d'emplois à destination des jeunes, l'accès de tous aux soins de santé, la modernisation du système éducatif ou le renforcement de la diplomatie économique avec l'affirmation de leur indépendance et de leur souveraineté.

Ce discours a été accueilli par le peuple congolais avec une grande ferveur et succite beaucoup d'espoir et d'enthousiasme au début de ce nouveau quinquennat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.