Algérie : Ali Benflis, l’Espoir d’une Nation

Henri Fourcadis donne la parole à Badis Khenissa, fin connaisseur de la vie politique algérienne. C’est à l’aune du braconnage électoral qui sévit, qu’on cerne mieux les enjeux des prochaines élections présidentielles prévues en Avril 2019.

 

Ali Benflis Ali Benflis

Une itinérance à l’image des bilans chaotiques d’un président qui a franchi le Rubicon depuis vingt ans et mis en charpie la constitution, par des ajustements intempestifs aux intérêts étroits anéantissant ainsi sa sacralité.

L’effervescence est à son apogée suite à la convocation du corps électoral, Les caciques et vieux brisquards du régime multiplient les appels irresponsables au mandat de trop, faisant fi aux aspirations du peuple, qui souffre d’une éclipse totale au détriment d’un pouvoir polycéphale au projet inintelligible et à l’obsolescence programmée notoirement avérée.

Le Changement est possible si et seulement si, il est porté par un peuple qui croit à l’avènement d’une politique nouvelle, une politique de gouvernance, loin de la confortable médiocrité qui consiste à se bercer de bonnes rhétoriques et bilans imaginaires. Des espoirs qui doivent être portés par un homme aux faits d’armes qui dispose d’une légitimité et d’un programme véritable vecteur de développement.

Ali Benflis à la culture d’état, en est la figure de proue, une personnalité aux antipodes du principe du monarque républicain, au programme spéculaire de sauvetage, qui se veut être pragmatique et inclusif, l’exclusion étant un vocable banni de son approche, une nouvelle approche qui repose sur la lutte contre les poches d’ignorances de mauvaises fois et de préjugés , par des actes factuels, uniques leviers efficients du rétablissement du rapport de confiance entre gouvernants et gouvernés.

L’ancien chef du gouvernement exige que la priorité soit faite, sur le plan de sortie de crise et de secours de l’Algérie, notamment les grands chantiers et défis attendus : La justice, la corruption, l’économie, l’éducation, la jeunesse, la santé et la diplomatie entre autre, le tout conjugué à une volonté ferme et intransigeante quant à la préservation des intérêts de la nation, sa stabilité et sa sécurité !

Un sérieux prétendant à la magistrature suprême , à la tête d’une formation politique à ancrage populaire, dotée d’une gestion novatrice, qui obéit au principe du Bottom-Up favorisant ainsi l’émergence des fondamentaux de la démocratie et de l’état de droit. Un ancien magistrat à l’attachement profond aux valeurs républicaines et citoyennes qui régissent un état républicain effectif.

Le pouvoir n’a de sens que quand il est utilisé pour servir le peuple et non l’asservir. En s’attaquant au paternalisme et au clanisme qui longtemps ont prospérés sous les cieux d’un régime absolutise, Ali Benflis aura sans l’ombre d’un doute, accompli la mère des batailles aux impondérables maîtrisés. Un décorum démocratique doit voir le jour soutenu par un corpus idéologique in extenso tourné vers le renouveau par le peuple et pour le peuple.

Fort d’un esprit constructif et fédérateur, Ali Benflis n’a de grief personnel contre qui que ce soit si ce n’est un contentieux contre le choix et le mode de gestion de ce régime ,aux innombrables conséquences désastreuses et parfois irréversibles que tout algérien subit au quotidien. Il prône avec ferveur, le retour à la souveraineté du peuple par l’expression libre et transparente des urnes et à la stabilité politique mère de toutes les stabilités, un combat de tous les instants qui doit placer le débat politique au rang central auquel le peuple doit prendre partie, contrairement au débat polémique auquel assistent les algériens impuissants et désabusés, comme pour polariser les attentions, et muter d’une politique de postures vers une politique d’impostures.

L’Algérie sera t’elle au rendez vous avec son destin ? Usant de cette opportunité vitale pour réhabiliter la voix du peuple sans condescendance intellectuelle, sans aseptisation politique, sans divinisation ni sanctuarisation du poste de président de la république. Les semaines à venir nous le dirons. Ali Benflis quant à lui , il affirme droit dans ses bottes, qu’il saura assumer ses responsabilités au moment opportun quand les conditions seront réunies pour mener à bien son projet audacieux ,afin de réconcilier le peuple avec l'espoir, et l'Algérie avec l'ambition.

Badis KHENISSA

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.