Les liens entre l’entourage de Trump et la crise du Golfe émergent

Des leaks dévoilent une campagne de lobbying secret derrière la crise du Golfe, un an après les événements. La figure majeure de ce nouveau scandale est Eliott Broidy, un proche de Trump, agissant au service des Emirats et de l’Arabie Saoudite. Associé à l’homme d’affaires américano-libanais George Nader, ils auraient favorisé la politique anti-Qatar de Trump à des fins d’enrichissement personnel.

Un ambitieux effort de lobbying secret pour isoler le Qatar et miner sa relation de longue date avec le Pentagone

En échange d'une politique anti-Qatar au plus haut niveau du gouvernement américain, Elliott Broidy et George Nader s'attendaient à des contrats de plus d'un milliard de dollars avec l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis (EAU).

Broidy, un des meilleurs collecteurs de fonds du président Donald Trump et son partenaire d'affaires l'Américano-libanais George Nader, passaient secrètement les messages des princes héritiers des deux pays du Golfe à la Maison-Blanche, afin de modifier la politique américaine au Moyen-Orient et discréditer le Qatar.

Faire du lobbying à des fins personnelles n'est pas nouveau à Washington. D. Trump avait d’ailleurs promis de « drainer le marécage », mais l'un des hommes les plus influents du président a trouvé le marais navigable comme jamais depuis l’arrivée au pouvoir de Trump.

Les bandits de Washington DC

Broidy et Nader se rencontrent pour la première fois lors de l'investiture de D. Trump.

Broidy a fait fortune dans les affaires. Président des Finances du Comité national républicain de 2006 à 2008, il est ensuite démis de ses fonctions pour une affaire de corruption de hauts représentants de l’Etat.

Nader quant à lui s’est imposé dans le monde de la politique et des affaires en fondant un magazine politique intitulé Middle East Insight. Reconnu coupable en mai 2003 de 10 chefs d'accusation d'abus sexuel sur mineurs et condamné en République Tchèque, il apparait en Irak la même année aux côtés d’entrepreneurs tels que Erik Prince, le fondateur de la société de mercenaires militaires Blackwate. Nader vit par la suite aux EAU, travaillant comme conseiller du Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan (MBZ), le prince héritier d'Abu Dhabi.

L’arrivée au pouvoir de D. Trump représente une opportunité de retour aux affaires pour les deux protagonistes.

Un immense succès dans leur campagne anti-Qatar à Washington

Broidy et Nader se sont vus accorder un budget de plus de 12 millions de dollars pour "exposer et punir" le Qatar, et faire en sorte que les États-Unis fassent pression, au nom d’une "aide à une action coercitive contre l'Iran". Le timing des deux associés était bon car Trump et beaucoup d'autres républicains à Washington considéraient l'Arabie Saoudite comme un contrepoids à l'Iran.

Broidy a donné près de 600 000 $ aux candidats Républicains depuis le début de 2017 pour soutenir un projet de loi anti-Qatar, au nom de son soutien présumé à des groupes terroristes.

Il a également organisé une conférence à Washington avec la Fondation pour la défense des démocraties, en vue de déclencher une vague anti-Qatar dans les médias traditionnels. La presse a notamment appelé à déplacer les ressources militaires américaines de la base aérienne al-Udeid au Qatar, où se trouvent plus de 10 000 soldats américains, vers les EAU.

Le choix de l’Arabie Saoudite pour le premier déplacement de D. Trump à l'étranger a réjouit les deux partenaires. Deux semaines plus tard, les EAU, l'Arabie saoudite et les alliés régionaux lancent un embargo contre le Qatar, que Trump soutient aussitôt par Tweet. Cette communication est cependant rapidement corrigée par les hauts responsables du gouvernement américain, qui déclarent que les Etats-Unis ne prennent pas parti dans le différend entre leurs alliés du Golfe.

La chute des deux lobbyistes

En janvier 2017, Broidy a reçu un premier paiement de 36 millions de dollars des EAU via une société canadienne pour ses actions de Lobbying. Suite à ce transfert de fonds, Broidy et Nader se font remarquer, principalement en raison des liens de ce dernier avec MBZ et Erik Prince, tous deux impliqués dans l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, sur l'ingérence présumée de la Russie dans l’élection de 2016. Lorsque Nader atterrit à l'aéroport de Dulles, le FBI est là pour l’arrêter. Cette arrestation a entrainé la chute de son partenaire également.

Un an plus tard, en février 2018, l'AP, le New York Times et d'autres agences de presse commencent en effet à recevoir anonymement des flots de courriels et de documents piratés appartenant à Broidy, révélant les manœuvres des deux lobbyistes et leurs liens avec les princes saoudiens et émiratis.

L'opération anti-Qatar de Nader et Broidy a ainsi perdu son élan. À la fin d'avril dernier, lors d'un voyage dans le Golfe, le secrétaire d'État Mike Pompeo a appelé à la fin des querelles entre l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Qatar.

 

Henri Fourcadis

 

Source

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.