mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 29 août 2016 29/8/2016 Dernière édition

50e anniversaire de l'indépendance algérienne: jetons des ponts de fraternité

 

Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République

Monsieur le Président,

Le 5 juillet 2012 l'Algérie va fêter le 50ème  anniversaire de son indépendance

A cette occasion la France se devrait de reconnaitre sa responsabilité et condamner les crimes d’État et crimes contre l’Humanité commis en son nom pendant sa domination coloniale et tout particulièrement pendant la guerre d'Algérie

Lors de votre discours du 15 mai 2012, en hommage à Jules Ferry, la condamnation de cet homme pour sa responsabilité ("En saluant aujourd'hui la mémoire de Jules FERRY, je n'ignore rien de certains de ses égarements politiques. Sa défense de la colonisation fut une faute morale et politique. Elle doit, à ce titre, être condamnée.") est, certes positive, mais reste insuffisante. La politique coloniale de la France n'a pas été seulement la "faute" de quelques hommes, mais bien celle d'un état, et pour cela, elle doit donc être condamnée par les plus hautes autorités de notre pays. En effet le colonialisme et le racisme se sont toujours confondus, sous prétexte d’apporter "La Civilisation".

On a constaté :

  •  la mise en cause de la culture,
  •  la mise en place d’une société à deux vitesses où les autochtones (les indigènes) furent considérés comme des sous citoyens, humilités, maltraités…
  •  des répressions massives face à la moindre velléité de révolte
  •  le pillage des richesses locales au profit des colonisateurs et des oligarchies financières qui contrôlèrent la vie économique et politique des colonies. Pour ces raisons le colonialisme ne peut être considéré que comme un crime contre l’Humanité.

 La France s'honorerait donc, à l'occasion de cette fête devant commémorer le 50ème anniversaire de son Indépendance, si ses plus hautes autorités faisaient enfin ce geste tant attendu en Algérie : la reconnaissance et la condamnation de la responsabilité de notre pays lors de sa politique coloniale :

-           les crimes d’Étatcommis par la Police sous les ordres du Préfet de Police de Paris Maurice Papon, le Ministre de l’Intérieur Roger Frey, le Premier Ministre Michel Debré, sous la responsabilité du Président de la République le Général De Gaulle que sont :

  • le massacre du 17 octobre 1961 à Paris où des centaines d’Algériens ont été tués, noyés parce qu’ils s’opposaient à un couvre-feu raciste et réclamaient la "Paix en Algérie"
  • le massacre du 8 février 1962 au Métro Charonne à Paris de 9 militants qui manifestaient contre les attentats de l’OAS et pour la Paix en Algérie

-           les crimes contre l’humanité que sont :

  • Les enfumades (enfermement d’indigènes dans des grottes dans lesquelles un feu était allumé provoquant leur asphyxie)
  • Les viols, les tortures
  • Les exécutions sommaires : les corvées de bois (scénario d’une fausse tentative d’évasion lors d’une pseudo "corvée de ramassage de bois"), les "crevettes Bigeard" (cette initiative consistant à larguer d’un avion ou hélicoptère un condamné “sans jugement” dans la mer, les pieds scellés dans un bloc de béton - cette technique exportée par les Aussaresses et consorts pour éliminer les 30.000 argentins disparus, pleurés par les Folles de la Place de Mai)…
  • les villages rasés au napalm
  • les camps d’internement pudiquement appelés "centres de regroupement"
  • l'abandon et le massacre des familles de harkis et leur enferment dans les camps en France

Pour apaiser enfin les douleurs de toutes les victimes, de celles de leurs familles,… il est indispensable de définir les responsabilités, les culpabilités. 

La Mer Méditerranée sépare de nombreuses familles françaises, algériennes, franco-algériennes. L'histoire commune de nos deux pays a tissé de nombreux liens de sang. Les visas d'échanges ne devraient être que de simples formalités, accordés simplement. 

Il est temps que ce passé soit pris en compte et qu'une coopération se développe sur les plans : culturels, économiques (pas sur une base colonialiste, mais réciproquement avantageuse), scientifique… Les archives devraient être ouvertes largement pour élaborer une histoire établie sur une réalité historique avérée, pas sur des rancœurs ou des falsifications…

Un réel traité d'amitié entre nos deux peuples devrait être élaboré rapidement.

Pour le 5 juillet prochain, de tels gestes seraient le meilleur cadeau d'anniversaire pour nos deux pays : réparer les graves erreurs du passé, rendre à la France son crédit de "Pays des Droits de l'Homme", redorer les vraies valeurs républicaines de notre pays, jeter des ponts de fraternité pour relier les deux rives de la Mer Méditerranée.

Témoin de la Guerre d'Algérie, militant anticolonialiste, antiraciste je participe à l'animation de collectifs œuvrant  depuis de nombreuses années pour la mémoire, pour l'amitié entre les peuples, et tout particulièrement envers l'Algérie. Même si c'est à titre personnel que j'effectue cette démarche, sachez Monsieur le Président, qu'elle est largement partagée. D'ailleurs une pétition publiée sur mon site, reprenant cette base, avait recueillie plusieurs dizaines de signatures.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, mes plus respectueuses salutations.

Henri POUILLOT

Copie de cette lettre a été adressée à Jean-Marc AYRAULT, Premier Ministre

Dès que j'aurais une réponse je la publierai sur mon site

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Didouche Mourad disait :nous combattrons longtemps,pour faire admettre le caractère colonial de l'Algérie,puis nous combattrons,après cela,pour l'indépendance.

Dans cette lettre adréssée par l'honnorable Mr Henri POUILLOT à son Président,on a la liste des méfaits du colonialisme.En effet les enfumages,les massacres ...qui dans l'ensemble nous conduit à conclure à une stratégie de génocide.Suite à l'echec de cette stratégie,la colonisation a opté pour écarter les autochtones en les privant de leur terre et pour finir la colonisation adopte le code de l'indigénat.A mon humble avis la violence qui a le plus caractérisée la colonisation de l'Algérie est le code de l'indigénat,ce code décrété en 1881 qui reflète la pratique coloniale et qui a durée plus d'un siècle.Je trouve cher Monsieur que cette pratique inhumaine n'est pas explicitement mentionnée dans votre lettre.